Maho... the return of war.
Bienvenue sur Maho... The Return of War...
Venez faire un petit tour, n'hésitez pas a posez des questions!
Si le forum vous plait, votre inscription nous fera le plus grand plaisir.
Merci à vous et bonne visite =]

Maho... the return of war.

Tout recommence... La Maho fait un nouveau départ. Mais la guerre entre les humains et les magiciens a recommencé... Qui serez-vous? Quel camp choisirez-vous?...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stinson

avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 104

Feuille de personnage
Arme(s): Ses crocs, ses mains, ses pieds...son corps quoi *hap*
Pouvoir(s): Manipulation, orage, dissimulation, téléportation
Camp: Autres

MessageSujet: Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]   Lun 26 Mar - 17:47

Ah...Ce que ces êtres pouvaient être si bruyants...tout ce sue leru race perdait en durée de vie était rattrapé en futiles et désagréables petits bruits...Il était vrai que c'était une manière de vie comme une autre mais je la jugeais trop dégradante pour une race telle que la mienne que rien ou peu de choses seulement concernait.

Par exemple comment une femme diable pouvait-elle négliger, presque rejeter sa féminité, pour vendre quelques kilos de poisson qu'elle n'avait même pas eu la bonne intelligence de pêcher elle-même...s'affubler d'un tablier affreux,d'un foulard déteint,de chausses abimées pour quoi...?Quelques petites piécettes?Cela ne valait pas franchement le coup...et pourtant cette vie semblait suffir à certains représentants de cette race...

Un autre exemple de stupide travail typique chez la race "humaine", ces pauvres bougres déambulants dans la rue tout en faisant la chose la plus horrible du monde: du bruit...Crier pour le misérable bout de papier appelé journal qu'ils avaient dans les mains n'était-il pas l'une des choses les plus absurdes qui fut en ce monde?S'abimer les cordes vocales pour couvrir la voie de notre chère poissonière et pour vendre cette petite chose si inutile qu'on pouvait la remplacer par quelques minutes de marche dans les rues où l'on captait toutes les informations voulues (grâce soit rendue à certains moments à la langue bien pendue de ces gens) n'était-il pas simplement grotesque?

Le pire était quand l'un de ces...commerçants vous bousculaient et n'étaient,bien entendu, pas fichu de vous adresser un mot d'excuse de leur voix bourrue et abimée par ces jours avilissants passés dans le froid de la rue...dans ces moments-là je n'avais qu'une envie c'était de leur broyer le cou...un geste si simple qui les amenait à cracher leur sang par simple réaction logique du corps humain tel que lorsque vous tordez un sac plastique plein d'eau de l'eau s'échappe du fait de votre pression...ce qui m'amenait ensuite à le boire...ou dans certains moments je mordais,buvais puis broyait ensuite.

Le sang...cette chose si unique que possédait cette race si banale...cette chose si pure que possédait cette race si avilissante,si sale...un tel contraste dans la nature ne faisait que me choquer profondément mais comme certaines choses dans la vie il faut se contenter de se servir et pas de penser pourquoi peut-on se servir.De plus une chose qui était agréable avec lke sang était que comme certaines personnes pouvaient sortir de chez elle le matin et humer l'air à la recherche de l'odeur des fleurs,des la rosée du matin nous,les vampires,pouvions humer l'odeur métallique tant chérie du sang...

J'étais en train de penser à toutes ces choses-là,ayant en ce moment même l'odeur du sang dans les narines lorsqu'un odeur plus forte vint me perturber...une odeur familière...mais étrange...un vampire? Non je l'aurais déjà senti...en promenant mon regard dans la foule je la vis...belle blonde,l'air triste...c'était elle qui sentait le vampire...querlqu'un l'aurait-il vampirisé?Ou alors était-elle en contact avec un vampire?Etrange...très étrange...Je décidai d'aller le vérifier mais dans mon cas la discrétion s'imposait car si elle voyait mes crocs et qu'elle était simplement en contact avec l'un des miens elle risquait de prendre peur...
J'activais mon illusion de chaleur et allait vers elle....Tout d'abord l'éloigner du bruit,je détestais parler dans un brouhaha...

-Mademoiselle?Excusez-moi...cela vous dérangerait-il de me guider jusqu'au palais?Si c'est commeça que l'on l'appelle ici...

J'ajoutais à cela une mine perdue,de celles que l'on ne peut avoir que dans les cas les plus désespérés...de plus si elle m'y menait effectivement je ferais d'une pierre deux coups puisque je pourrais discuter avec le chef de cette...académie...
Il n'était pas dans mes projets de faire à du mal à cette jeune femme,encore moins si elle était l'une des miennes...mais on ne savait jamais où le destin nous menait...tout ce que je savais c'est que je connaissais cette odeur et qu'elle m'interpellait...
Revenir en haut Aller en bas
Fate Testarossa
~Administrateurs suprêmes~
avatar

Messages : 578
Date d'inscription : 14/07/2011
Age : 20
Localisation : Devant mon ordi ~

Feuille de personnage
Arme(s): Une arme intelligente appelé Bardiche
Pouvoir(s): Maîtrise de la magie Mid-Childa, magicienne de rang SS+ ou SSS++(x) en passage Hückebein
Camp: Magicien(ne)s

MessageSujet: Re: Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]   Lun 28 Mai - 19:04

"Où es-tu?! Où es-tu?!... Où es-tu?..."

Voilà trois mots qu'une voix se répétait sans cesse depuis plusieurs heures maintenant. Où était-il?! Où pouvait-il bien être?! Où ce fou avait-il bien pu l'emmener?! Les questions se transposaient, se transformaient, s'adaptaient, mais le problème restait le même : elle ne le trouvait pas.

Mais qui est "elle" d'ailleurs? Nous la trouverons, elle et sa tignasse blonde, dans la foule de la petite ville de Maho. Dans le quartier des commerces qu'elle arpente en courant dans un sens puis dans un autre, suivant routes et ruelles, bloquée par les impasses, perdue dans les quartiers. Cette jeune femme au visage habituellement si agréable à regarder semblait pourtant mal en point. Son corps était fin, bien trop d'ailleurs, plus maigre qu'autre chose, presque maladif. Une chevelure blonde longue mal entretenue et emmêlée couvrait sa tête. Etrangement, elle marchait pieds nus, pieds nus au milieu d'une foule aux pieds couverts. La robe noire longue qu'elle portait couvrait ses épaules, ses jambes et ses pieds et créait un contraste qui laissait ressortir la blancheur de son teint blafard. Qui était-elle? Personne parmi les gens qu'elle bousculait dans sa course ne semblait le savoir. Elle s'excusait de quelques mots, chaque fois qu'elle heurtait le chemin d'un autre. Et chaque fois qu'elle percutait quelqu'un, on aurait cru qu'elle allait se casser en deux pour ne plus jamais se relever.

Si personne en ce jour de marché ne sait qui elle est, il se trouve que nous le savons. Cette jeune femme n'est autre que Fate. La même que celle que nous avions retrouvé rayonnante de bonheur quelques semaines auparavant. Difficile à croire n'est-ce pas? Et pourtant c'est bien la vérité.

Pour expliquer un tel changement, il nous faudrait remonter quelques heures en arrière, jusqu'au matin. Mais si vous voulez vraiment tout saisir, il va falloir se remémorer les événements qui se sont dérouler trois semaines auparavant.

Trois semaines. Ces trois semaines, elle les avait passées à l'hôpital. Sur son lit. Dans l'incapacité totale de réagir à toute stimulation physique. La raison qui l'avait poussé là? Un homme. Oui, oui. Un seul. Son nom? Elle l'avait presque oubliée... Le nom de cet homme dont elle n'avait voulu se souvenir. Le nom de cet homme qui ne s'était remonté que six ans plus tard. Le nom de celui qui l'avait violemment agressé. Elle le reconnaissait sous le nom de "l'ancêtre". Et bien. Un bien jeune homme pourtant. Mais sans la moindre pitié. Il n'avait pas hésité une seconde à la frapper et à l'humilier au maximum. L'objectif visé semblait avoir été atteint. Mais au moment où Fate ne s'était plus senti capable de rien, au moment où elle ne pouvait être plus mal, plus humilié, au moment où elle n'attendait plus qu'une chose : la mort. Pure et simple. Et bien à ce moment précis, au paroxysme de cette violence, il avait préféré lui accorder des soins à l'hôpital et lui porter un coup tout autre. Sûrement bien pire... Quelle chose pouvait être pire que la mort?... Et bien la perte d'un être cher. C'était justement le coup en question. Il avait tout simplement décider d'attendre le retour de la personne qui lui était la plus chère, le retour de celui qu'elle aimait, celui de Takayuki, puis de s'en débarrasser. Tout simplement. Aussi cruel puisse paraître la chose.

Elle, incapable de résister physiquement aux urgences qui ne lui voulait pourtant à la base que du bien, n'avait pu empêcher sa décision. Elle avait hurler, hurler qu'on voulait du mal à celui qu'elle aimait, hurler qu'il était danger, qu'elle devait rester ici. On avait tout simplement cru que l'agression qu'elle avait subi l'avait fortement dérangée. Ce n'était pas tout à fait faux. Mais pour cette fois, elle ne délirait pas. La jeune femme avait ainsi passé trois semaines à se morfondre sur son lit d'hôpital... Demander à quitter l'établissement était inimaginable et ses tentatives de fuite n'avaient fait qu'aggraver son cas. Elle était finalement sortie. Détruite. Triste et inquiète. Elle s'était dirigée en trombe vers chez elle et n'avait découvert personne... Rien d'autre qu'une lettre de son agresseur. Ici pour lui annoncer qu'il détenait son bien-aimé...

C'était depuis ce matin, lors de sa découverte, qu'elle arpentait toute la ville, interrogeait les passants... Mais personne ne les avait vu. Ils étaient introuvables et Fate commençait à perdre la tête... Elle tournait, tournait et retournait. Et pourtant, chaque foi qu'elle passait un bâtiment, elle était persuadée de l'avoir déjà croisé... C'était un cercle vicieux. Un labyrinthe. Sa ville... Dans laquelle elle ne reconnaissait plus rien. Une migraine s'emparait d'elle tandis qu'affolée, elle s'arrêtait au milieu de la foule. Les bruits de fond des paroles des passants finissaient de l'achever et elle n'eut pour unique réflexe que celui de se mettre à genoux, mains sur ses oreilles et de pleurer. Pleurer jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus. Certains s'arrêtaient quelques secondes pour repartir, d'autres ne faisaient même pas attention à elle. Elle devenait folle. Folle. Elle sentait tout se dérober autour d'elle. Tout disparaître... Ce qui lui était cher... Ce ne fut que quelques minutes plus tard, qu'elle se releva pour se remettre en quête de son amant. Elle ne faisait plus qu'errer. Errer comme une âme en peine. Sans conviction. Elle perdait espoir... Plus rien ne lui semblait possible. Elle ne parlait plus à personne, elle ne courait plus. Elle se contenait de se laisser emmener par la vague de la foule.

Justement. Cette foule la mena plus loin et elle se rendit compte seulement hors de la grande place où le monde se rejoignait que c'était un homme en particulier qui l'avait guidé là, hors du brouhaha. Il était grand. Beaucoup plus grand qu'elle. Blond. Originaire d'ailleurs, certainement pas asiatique. Et étrangement, il dégageait un sentiment qui lui était désagréable... Il lui adressa quelques mots, lui demandant où se situait le "palais". Fate secoua la tête, reprenant ses esprits, et balbutia quelques morceaux de phrases :

"Euh... Bonjour, excusez moi je... Je suis désolée... Je... Je dois partir. J'ai autre chose à faire, demandez ailleurs. Encore pardon. Au... Au revoir."

Sur ces quelques paroles, elle s'écarta brusquement, s’enfonçant à nouveau dans cette foule qui la happait loin, encore plus loin de celui qu'elle aimait.

.............................................♠................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://the-return-of-war.forumgratuit.org
Stinson

avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 104

Feuille de personnage
Arme(s): Ses crocs, ses mains, ses pieds...son corps quoi *hap*
Pouvoir(s): Manipulation, orage, dissimulation, téléportation
Camp: Autres

MessageSujet: Re: Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]   Jeu 31 Mai - 18:51

"Euh... Bonjour, excusez moi je... Je suis désolée... Je... Je dois partir. J'ai autre chose à faire, demandez ailleurs. Encore pardon. Au... Au revoir."

Elle s'éloignait déjà?Après un malheureux aurevoir et des excuses minables?Comment osait-elle me congédier d'une telle façon? D'un côté il était à prendre en compte qu'elle ne savait pas qui j'étais. Pourtant elle était mal-à-l'aise en ma présence...ses pensées étaient en tout cas très audibles. Quoique pressées...Elles correspondaient parfaitement à son allure.

Je n'avais tout d'abord prêté aucune attention à cette allure. L'ayant cataloguée de "belle blonde" pour reprendre les bons mots. Mais à y regarder de plus près elle semblait en piteux état. Ses joues étaient creusées,de la manière des gens qui n'ont rien avalé depuis des jours...son teint pâle et maladif comme beaucoup de personnes à l'article de la mort,sauf qu'elle ne semblait pas non plus spécialement à l'article de la mort. Cela indiquait donc un stress. Un grand stress. Ou de la peur. La peur d'une chose terrible,si terrible qu'elle intervenait même sur l'organisme. Et cela se voyait sur elle: elle était d'une maigreur affligeante.

Sa voix était chargée de tristesse elle aussi...quoique était-ce de la tristesse? Elle semblait désemparée,totalement perdue dans sa propre ville,si l'on en croyait,non elle n'était pas triste. Je pouvais sans aucun doute affirmer qu'elle était desespérée. Etait-ce pour cela qu'elle ne prenait même pas le temps d'indiquer son chemin à un voyageur égaré?Pour cela que ses yeux semblaient laisser place à des orbites vides? Bien que je ne la connaissai point je pouvais supposer qu'aucun de ses proches ne l'eut reconnu en ce moment-même. A supposer aussi qu'elle eut toujours des proches vu son état actuel.

Ses gestes frénétiques pour regarder autour d'elle,scruter...tenter de voir et non de regarder...tenter de comprendre et non de raisonner...tenter de trouver et non de chercher. Tous ces petits mouvements indiquant qu'elle courait pour autre chose que sa petite vie...Tout en elle respirait la détresse...mais une détresse sourde...oh elle aurait sans doute voulu crier. Mais vu son état cela devait lui être impossible. De quoi ressortait-elle pour être dans cet état? On pouvait repérer sur sa peau de nombreux témoins d'un passage long à l'hôpital...un passage douloureux à ce que je voyais...comment le voyai-je? Il suffisait de lmire sa peau...cheque petit trou,chaque petite imperfection de son épiderme était due à une chose ou une autre provenant de l'hôpital...

Son état mental et sa frénésie laissaient aussi supposer que le séjour avait commencé à se faire long sur le point moral. Quoiqu'elle fut en train de chercher cela devait être important. Ce n'était pas une vampire. Les vampires ne se mettaient pas dans ces états-là pour des problèmes aussi importants. Ils ne se mettaient aps dans ces états-là tout court. Et ils n'avaient pas de "problèmes aussi importants". C'était donc une humaine. Ou une magicienne si l'on prenait en compte le lieu où l'on se trouvait. Ou une autre espèce faisant partie du groupe des "faibles".

Mais bien qu'elle fit partie de ce groupe je ne pouvais m'empêcher d'éprouver un minimum de compassion pour cette pauvre hère...Qui donc pouvait se déchirer ainsi pour une chose ou un être? Quelqu'un qui avait du coeur. Or j'appréciais les personnes qui avaient du coeur en général.

Elle avait mentionné un certain "ancêtre"...puis un Takayuki...Mais...?

Un homme cruel? Assez cruel pour comprendre qu'il y avait pire que tuer et dont la victime se nommait Takayuki...Etrange coïncidence. Même très étrange. C'est endroit était l'un des foyers de vampires les plus importants en dehors du Nid...il n'était donc pas impossible qu'elle parle de ce cher M.Zero...il avait l'air d'un malade lui aussi lorsque je l'avais vu pour la première fois...les vêtements déchirés,les yeux rougis à force d'avoir trop pleuré...du sang tâchait ses vêtements...mais ce n'était pas le sien...son esprit commençait déjà à se déchirer à l'époque...et malgré tout cela il m'avait regardé droit dans les yeux et m'avait fusillé du regard...il savait qui j'étais,il avait "traqué" tant des miens...et malgré ce qu'il savait de moi,son état de fatigue et tout le reste il osait encore me fusiller du regard. C'est là que je lui ai appris la leçon la plus importante de la vie...il y a pire que la mort. Je l'ai changé et l'ai laissé là où il était, en sang, mort sans vraiment l'être.

Pour lui ça avait du être éprouvant...ne pas pouvoir mourir après tout ce qu'il avait enduré...devenir ce qu'il avait toujours combattu,au même titre que les magiciens... Le fait que j'eus joué avec lui devait l'avoir sans doute excédé aussi...et puis qu'il soit obligé de me témoigner du respect...qu'il ne puisse rien me faire étant donné sa condition...lui qui me détestait tant se retrouvait déchiré entre son amour de créé à créateur et sa haine d'humain à vampire...inutile de dire que ce n'avait qu'aidé à détruire son esprit encore plus gravement...

Au fond je l'avais totalement anéanti...je l'avais recréé...à partir des anciennes fondations j'avais construit quelque chose de plus cruel...de plus fou...de plus triste...de plus désespéré. Au fond il ressemblait quelque part à cette jeune femme que je voyais...Et si elle aussi je la changeais? Aurait-elle la même force de volonté folle qui m'avait tant séduit chez Takayuki? Il était difficile d'éprouver un sentiment aussi fort que celui qu'il ressentait...un sentiment si fort qu'il happait tout ce qu'il y avait autour...vos joies,vos peines, vos souffrances,votre vie,vos souvenirs...allant même jusqu'à avaler vos motivations premières...ne vous laissant au final qu'avec cette volonté de continuer...continuer pour tenter de retrouver votre but initial...pourquoi sonc avoir tout abandonné? Qu'avez-vous poursuivi pendant tout ce temps...voilà ce à quoi j'avais déjà condamné une personne...pourquoi pas une deuxième?

Je la rattrapai donc allègrement...

-Mademoiselle encore désolé de vous déranger mais...vous semblez vous aussi perdue...peut-être pourrions oeuvrer ensemble pour retrouver nos chemins?Qu'en pensez-vous?Ne vous inquiétez pas si vous êtes pressée je sais être rapide.

Oh ça oui je savais être rapide. Et il valait mieux pour elle qu'elle accpete que je l'accompagne...ce serait moins violent pour elle. Et vu son état je préférais lui éviter les souffrances au maximum,c'eut été monstrueux de faire le contraire.

Or quoiqu'on en dise je n'étais pas monstrueux. Ca non.
Revenir en haut Aller en bas
Fate Testarossa
~Administrateurs suprêmes~
avatar

Messages : 578
Date d'inscription : 14/07/2011
Age : 20
Localisation : Devant mon ordi ~

Feuille de personnage
Arme(s): Une arme intelligente appelé Bardiche
Pouvoir(s): Maîtrise de la magie Mid-Childa, magicienne de rang SS+ ou SSS++(x) en passage Hückebein
Camp: Magicien(ne)s

MessageSujet: Re: Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]   Dim 17 Juin - 9:39

Mais pourquoi fallait-il toujours que cela arrive?...

Pourquoi fallait-il toujours que quelqu'un vienne se mettre en travers de son chemin?...

Voilà que cet homme, qui aurait très bien pu demander sa route à quelqu'un d'autre après tout, venait de la rattraper et insistait. Il lui proposait de se joindre à lui afin de pouvoir retrouver leur chemin respectif, ajoutant que la rapidité dont ele avait besoin n'était pas un problème. Coment aurait-il pu savoir de quoi il retournait? C'était impossible. Il ne savait pas. Il ne savait pas que le moment était mal choisi et que dans toute sa terreur, Fate préférait paniquer seule que d'être retardée par un inconnu. Elle se fichait d'où il allait, elle se fichait de pourquoi, elle se fichait de savoir si oui ou non il rejoindrait ce lieu. Elle se fichait de tout ce qui le concernait, lui et les autres. Elle n'en avait plus que pour ce futur après lequel elle courait. Une éventuelle sortie. Un "happy end" c'est tout ce qu'elle demandait. Plus d'emmerdes, plus de tarés pour perturber son bonheur, plus d'alter ego pour faire fuir ses proches, plus de magie, plus de guerre... Une vie simple. Elle aurait tout donné pour devenir normale. Normale et sans histoire, aussi banale que cela soit...

Aussi égoïste que cela puisse paraître, elle ne portait plus attention qu'à Takayuki et elle. Elle qui était si soucieuse des autres auparavant, faisant souvent passer le bonheur d'autrui avant le sien, avait fini par comprendre tout l'intérêt de l'individualisme. N'avoir à se soucier que de soi... N'était-ce pas plus simple?... Se savoir à l'abri de tout le reste, enfermé dans sa bulle. C'était le propre du genre humain. Et pourtant, elle avait longtemps vécu sans comprendre la chose comme quelque chose de bon. Aujourd'hui, le monde pouvait s'écrouler, les passants crouler sous les balles, tant qu'elle et celui qu'elle aimait rester en vie, son bonheur serait concret et ce n'aurait pas été pour autant qu'elle serait aller apporter son aide aux gens en difficulté... Son monde s'était soudainement réduit. A une seule personne. Une terre à partager à deux. Et pourtant une terre séparée par ce taré d'ancêtre...

Elle avait senti la main étrangement froide de l'homme se poser sur son bras dans le but de la retenir et c'était brusquement retourné, défaisant sa prise. Elle jeta son regard perdu et pourtant empreint d'une certaine colère sur son visage dur et s'écria, partagée entre énervement et tristesse :

"Débrouillez-vous! Je ne peux rien pour vous! Demandez à quelqu'un d'autre, je ne suis pas seule ici après tout. J'ai mieux à faire... Ne cherchez pas à comprendre et n'insistez pas! Je vous demande de me laisser en paix!"

Impassible, elle passa à nouveau sa route, s’enfonçant encore dans la foule où elle reprit sa course.

Elle pensait encore... Pensait que chaque minute comptait... Pensait qu'elle ignorait ce que pouvait bien subir son bien-aimé à ce moment précis où, perdue dans la foule, elle était incapable de lui porter secours. C'était ridicule... Ridicule cette façon qu'elle avait de chercher. Courant à droite à gauche, interrogeant des passants en leur donnant une rapide description physique, des passants dont la réponse était d'ailleurs toujours ignorante... Elle ne savait où commencer. Et chaque fois qu'un "Non" s'échappait d'entre leurs lèvres, son désespoir devenait accru. La jeune femme sentait depuis plusieurs heures l'angoisse monter en même temps que la marque sur son épaule parcourait son bras. D'ici peu, elle aurait des allures de psychopathes, déjà que les gens dévisageaient ce pâle visage emplie d'innocence collée à ce corps plus terrifiant qu'autre chose.

Elle le sentait. Elle le sentait bien. Si personne ne lui apportait de réponse, c'était un carnage qu'elle allait faire. Un véritable massacre perpétré sur cette foule. Elle deviendrait aussi criminelle que le bourreau de celui qu'elle aimait. Mais au moins, ces gens lui porteraient peut-être un peu plus d'attention. Recroquevillée sur elle même dans un coin, elle avait l'impression d'être une bombe. Une bombe à retardement qui, au moindre choc, saurait détruire tout alentour. Ce qu'elle voulait, c'était autre chose. Autre chose qu'un regard condescendant sur cette fille pitoyable, en larmes. Autre chose que de la méprise et des airs hautains. Autre chose que de l'indifférence... Elle avait besoin d'aide. Mais ça, elle refusait de se l'avouer...

[Désolée, c'est très court mais l'inspi n'était pas là...]

.............................................♠................................................
Revenir en haut Aller en bas
http://the-return-of-war.forumgratuit.org
Stinson

avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 104

Feuille de personnage
Arme(s): Ses crocs, ses mains, ses pieds...son corps quoi *hap*
Pouvoir(s): Manipulation, orage, dissimulation, téléportation
Camp: Autres

MessageSujet: Re: Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]   Sam 7 Juil - 11:42


"Débrouillez-vous! Je ne peux rien pour vous! Demandez à quelqu'un d'autre, je ne suis pas seule ici après tout. J'ai mieux à faire... Ne cherchez pas à comprendre et n'insistez pas! Je vous demande de me laisser en paix!"

...Ne cherchez pas à comprendre? Oh mais ma belle...j'ai tout compris...tu es une jeune femme éplorée qui recherche son cher petit chéri...Mais tu ne risques pas de le trouver...pas sans mon aide. Tu traques quelqu'un de trop fort pour toi...
N'insistez pas? J'éclatai d'un rire sardonique tandis qu'elle s'éloignait à la poursuite de ses rêves futiles...C'était trop mal me connaître...je n'allais pas abandonner aussi facilement.
Lui laisser la paix? Mais bien sur ma jolie...la paix éternelle!

Elle menaçait d'exploser? Elle se considérait comme potentiellement dangereuse?Comme c'était mignon...mais pourquoi ne pas libérer tout ça?Pourquoi ne pas lancer une bombe à retardement dans la population?Pourquoi ne pas commettre un massacre de façon indirecte? Cela faisait si longtemps que je n'avais pas fait cela...je ne me souvenais pas à quand remontait mon dernier massacre...peut-être la saint barthélémy? Où j'avais participé secrètement?Oui sans doute...

Et bien que le spectacle commence...on allait tester la résistance de miss blondinette face à la faim...

Je fonçais et me mettais juste en face d'elle...elle eut une lueur d'incompréhension dans les yeux...Je souris largement puis ouvre grand la bouche...avant qu'elle ait pu crier je plante mes crocs dans son cou.Son sang est vraiment reboutant...je déverse le venin dedans puis extrais mes crocs...

Elle,chute en arrière.J'éclate de rire...il faut comprendre ma situation...ça fait si longtemps que je n'ai pas enfanté...et là pour le coup c'était un sacré spécimen que je venais de mettre au monde...les gens autour me jetaient des regards affolés...il ne fallait pas voyons...c'était la vie...

Elle combattait beaucoup plus fort qu'elle et pourtant elle s'en moquait et elle continuait pour son cher et tendre...Assez de ces histoires romantiques à la noix! Elles se finissaient toujours de façon dramatique! Toujours! Je lui rendais service,moi! Je lui donnais un moyen d'affronter son adversaire à armes égales,de récupérer son amour et de s'en sortir vivante! Vivante dans une certaine mesure certes,mais n'était-ce pas là un bon geste de ma part? N'étais-je pas miséricordieux?

De plus je lui offrais une famille plus soudée que tout ce qu'elle avait pu voir jusqu'à maintenant!

D'accord être vampire ne présentait pas que des avantages...mais ceux-ci balayaient largement les inconvénients!

Tiens!Je sentais les pulsations de son coeur diminuer...douce mélodie pour qui savait y prêter oreille.

Je serais bien resté attendre la fin de sa transformaion tranquillement,à me languir de ses cris mais je n'avais pas le temps. Je mis ma main sur sa bouche pour étouffer les cris qu'elle allait pousser puis me penchai pour lui ré-administrer d'autres doses de venin pour accélerer la transformation...ça allait faire mal...très mal...ça allait être insupportable et la chose qu'elle souhaiterais le plus au monde dans un instant serait de n'avoir jamais existé...mais je n'en avais que faire,je n'étais pas là pour faire dans le sentimental.

Enfin...ses canines se muaient en crocs...je le sentais de ma main sur sa bouche...Ses yeux se teintaient de rouge...ses traits,quant à eux,s'affinaient...Ses cheveux,malmenés par ces dernières heures,se raffermissaient et sa blondeur devenait de plus en plus éclatante...J'y étais peut-être allé un peu fort sur la dose de venin pour que sa transformation soit si rapide...Tant pis.

Trois heures plus tard quand je fus enfin sûr que malgré la douleur elle ne crierait pas,je retirai ma main.Je fus saisi par sa ressemblance avec Lilith.Enfin bon...J'essuyai ses larmes de douleur et m'adressai à elle:

-Alors?Ton nouveau corps?

Il fallait avouer que j'avais terriblement envie de me la faire...J'éclatai soudain de rire. J'étais un véritable "connard": priver une personne non-consentante de sa vie...
Mais elle me remercierait un jour.

-Va retrouver ton cher et tendre,je suis sûr qu'il appréciera ton nouveau physique.HAHAHA!HAHAHAHAHAHA!Ah oui! Au fait!Evite quand même de le manger...ce serait si bête...

Je m'éloignai...son flair la mènerait où elle voudrait,après tout elle tenait de moi à présent...Enfin son flair la mènerait où elle voudrait...SI elle l'emportait sur sa faim! HAHAHAHAHAHA! Une faim avec laquelle je la laissais d'ailleurs bien seule.

J'avais toujours été dur dans les premiers jours de mes enfants.Mais qui aime bien châtie bien n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Fate Testarossa
~Administrateurs suprêmes~
avatar

Messages : 578
Date d'inscription : 14/07/2011
Age : 20
Localisation : Devant mon ordi ~

Feuille de personnage
Arme(s): Une arme intelligente appelé Bardiche
Pouvoir(s): Maîtrise de la magie Mid-Childa, magicienne de rang SS+ ou SSS++(x) en passage Hückebein
Camp: Magicien(ne)s

MessageSujet: Re: Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]   Jeu 12 Juil - 23:23

Qu'est-ce qu'il... Se passe?...

Cette ombre qui arrive... Ce corps qui apparaît devant elle... S'approche... Ce visage si proche du sien... Ce souffle sur sa gorge... Et finalement ces crocs plantées dans sa nuque...

La jeune femme n'eut pas le temps de réagir. Il avait été trop rapide pour qu'elle puisse avoir la moindre réaction. Trop rapide pour qu'elle puisse une seconde protester... Peut-être aurait-elle su faire preuve d'un minimum de résistance par le passé, mais qu'en était-il de maintenant? De cette femme autre fois forte dont la faiblesse actuelle était pourtant affolante?... Il n'en était plus rien. Rien de plus qu'un coquille vide sans âme ni esprit. C'était cela. Un corps encore errant physiquement mais dénudé de la moindre capacité morale. Et pourtant, elle arrivait encore à se sentir seule. La tristesse, la solitude, le désespoir et l'inquiétude étaient peut-être les seuls rares sentiments qui avaient survécu chez elle à travers les années.

Fate pensait qu'elle allait mourir. Mourir ici des mains de cette silhouette inconnue qu'elle ne parvenait qu'à peine à reconnaître comme celui à qui elle avait refusé son aide tout à l'heure. Mourir si jeune. Mourir sans avoir pu réaliser ce rêve qui était sans doute celui qu'elle avait poursuivi toute sa vie pour sa simplicité : fonder une famille. Mourir sans avoir connu le bonheur autrement que de manière intempestive. Mourir en ayant jamais rien accompli... Elle qui s'était battu toute sa vie pour échapper au destin qu'on lui traçait, hurlant qu'elle méritait mieux et que le bonheur, elle le trouverait, comprenait enfin que la place qui lui était réservé lui aurait peut-être permis une vie plus longue et même plus positive de par son issue...

Elle voyait sa vie défiler devant ses yeux tandis que les doutes s'installaient. Et si elle avait refusé dès sa jeunesse d'abandonner la criminalité? Et si elle avait tuer tout simplement ceux qui lui mettaient des bâtons dans les roues? Et si elle n'était jamais venu à Maho? Et si elle avait accepté de devenir la possession sexuelle de Jail Scaglietti? Et si elle avait été différente avec Yakumo? Et si elle avait cédé à l'Eclipse? Et si elle avait choisi de rester avec Edward malgré la difficulté? Et si, et si, et si... Que ce serait-il passé?... Plus rien ne lui permettrait de le savoir...

Fate était perdue. Bloquée contre lui dont les dents ne semblaient vouloir se défaire de sa chair, elle n'avait plus de moyen de résister. Pourquoi faisait-il ça? Ce jeune homme avec qui elle avait pourtant tenté de rester calme?... Et d'ailleurs que faisait-il?... Il se retira au final, assez rapidement tandis que, vidée de toute énergie, elle chutait en arrière et s'écroulait au sol. Les yeux perdus dans le vide, elle posa la main à ma nuque sur laquelle elle releva du sang... Sa vue se fit trouble tandis qu'elle se sentait prise d'une violente douleur. Pas une douleur de coup... Non! Une douleur intérieur, qui vous prend aux tripes et contre laquelle vous ne pouvez résister ou fuir. Ce qui apparait tout d'abord comme ponctuel devient finalement continu. C'est un cri qui lui échappe. Un cri de détresse, un cri de douleur. Tandis qu'elle se sent envahi intérieurement d'un mal inexplicable, elle hurle. Elle hurle à la mort. Et même si tout le monde s'arrête devant cette pitoyable femme, personne ne semble décidé et même en capacité de faire quelque chose. La voilà pourtant qui se meurt au sol, telle l'actrice principale d'une morbide représentation théâtrale. Une Juliette mourante sans son Roméo.

Ce visage à la blancheur déjà affolante ne cessait de pâlir. Ses yeux fatigués étaient sur le point de sortir de leurs orbites et ce corps... Ce corps si maigre se cambrait dans de telles positions qu'on eut cru que Fate allait se briser en milles morceaux. Elle tremble, tremble de tous ses membres et de toute son âme. Elle attend avec sagesse cette mort qu'elle croit prochaine et qui ne viendra pas. Ce n'est pas un meurtre qu'on a commis sur elle, c'est une transformation. Et les heures passent, les gens affluent. Et voilà qu'au moment où elle croyait mourir la douleur s'estompe... Qu'elle se calme, lentement. Et que les battements de son coeur ralentissent... Et bien la mort ne semble plus si proche...

Ses cris s'arrêtent, son corps se pose,allongé au sol et elle ouvre enfin les yeux. Voilà que le ciel bleuté s'offre à elle et qu'elle devine les quelques visages curieux baissés sur son corps. Pourtant elle se sent différente... En bien ou en mal? Elle n'en sait rien. C'est avec lenteur qu'elle se redresse finalement, perdue et approche ses mains de son visage. Ces mains... Auparavant si frêles et aux ongles rongés d'anxiété se refaisait ainsi une nouvelle jeunesse avec une peau plus claire et douce que jamais et des ongles dont elle n'avait pas vu telle longueur et telle qualité sur les siens depuis des années... C'est de cette même main qu'elle se saisit d'une mèche de ses cheveux, plus apparentés à du foin depuis quelque temps, et qui pourtant semblaient avoir retrouvé leur brillance blonde d'antan.

"Qu'est-ce que..."

Elle se lève, brusquement cette fois, dans une panique intérieure qu'elle peine à cacher. D'un geste rapide, elle écarte la foule et se rapproche d'une boutique. Elle s'arrête devant la vitrine... Ce morceau de verre lui renvoie son reflet... Et il est tout autre... Fate approche sa main tremblante de son visage comme pour vérifier la véracité de ses traits.

"C'est pas vrai... C'est... C'est pas possible!"

Sa peau éclaircie, son corps sur lequel tout criait au désir, son visage à la beauté si éclatante... Ses lèvres désormais pulpeuses avaient pris une couleur plus sanguine, elle avait repris ses formes fort charmantes : un joli fessier regalbé, une poitrine ferme. C'était la perfection physique qu'elle atteignait sans avoir rien fait ni demander. Fate avait perdu toute beauté physique depuis sa dépression et ne ressemblait depuis peu qu'à un sac d'os au visage dépéri. Et pourtant aujourd'hui, elle semblait reconnaître comme à ses plus beaux jours... Cependant, cette transformation avait beau l'avoir embelli, un autre détail l'ennuyait bien plus que le reste. Ses yeux... Autrefois brun et dont la couleur était désormais proche d'un rouge qui évoquait le sang et lui donnait un air des plus sataniques. Et surtout... Surtout ses crocs qui avaient remplacés ses canines et qui ne laissaient plus de doutes quand à ce qui lui était arrivé...

Elle tituba légèrement en arrière, n'en croyant ni ses yeux ni ses oreilles ni aucun de ses sens. Un vampire... Il avait fait d'elle un vampire... Tout s'expliquait! Son attitude dérangeante, sa vitesse, sa morsure, son langage châtié... Elle s'était attiré les foudres d'un vampire qui l'avait finalement rendu comme lui... Mais pourquoi?! Elle ne voulait pas de cela... Pas de cette tare en plus de sa schizophrénie maladive! Et pourtant voilà qu'il venait d'influencer sa vie... Les larmes coulaient sur les joues de la jeune femme. Qu'allait pensé Takayuki?... Lui qui supportait déjà son alter ego, que penserait-il de cet énième problème?... Que du mal, évidemment... C'était fini. Elle refusait d'y croire, refusait de se savoir perdue et probablement proche de la solitude. Le visage en larmes, elle se retourna vers le responsable qu'elle rejoignit avec une vitesse qui l'étonna elle même. Avec une force quasi-masculine, elle se saisit de lui par le col et lui hurla :

"Qu'est-ce que tu as fait?! Pourquoi... Mais comment as-tu pu osé me faire ça?!"
Revenir en haut Aller en bas
http://the-return-of-war.forumgratuit.org
Stinson

avatar

Messages : 862
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 104

Feuille de personnage
Arme(s): Ses crocs, ses mains, ses pieds...son corps quoi *hap*
Pouvoir(s): Manipulation, orage, dissimulation, téléportation
Camp: Autres

MessageSujet: Re: Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]   Lun 16 Juil - 9:37


C'était assez hilarant en fait...la voir,tout d'abord étonnée par tant de beauté chez elle si soudainement puis la regarder comprendre...J'éclatai de rire...Elle,en revanche ne semblait pas trouver ça drôle...Elle eut encore une pensée pour son amant puis se tourna vers moi et me fonça dessus.J'aurais pu la tuer mais à quoi cela m'aurait-il servi d'user de mon si rare venin si c'était pour mettre fin à sa nouvelle vie si tôt commencée?

"Qu'est-ce que tu as fait?! Pourquoi... Mais comment as-tu pu osé me faire ça?!"

Elle tentait vainement de me soulever par le col...Je lui pris instantanément le bras et le lui plaquai dans le dos.

-Tout d'abord je te conseillerais d'éviter d'élever ta main sur ton père,ce serait contre-productif pour ta "vie",ensuite mon langage "châtié" tu pourrais l'adopter ça ne ferait que parfaire ton joli minois.

Je fis une pause et en profitai pour lâcher son bras:je n'avais pas l'intention de lui faire de mal plus que nécessaire.

-Dorénavant tu vas aussi éviter les questions inutiles s'il te plaît car tu sais très bien ce que j'ai fait,je t'ai changé en vampire et t'ai offert l'éternité. Pour ce qui est de ton cher Takayuki comme tu l'appelles il sera bien content de ton physique ne t'en inquiètes pas outre-mesure.

Puis mon ton se chargea de colère:

-Et ne crois surtout pas que tous les vampires sont soumis aux mêmes restrictions...tu me demandes comment j'ai osé? J'ai tous les droits. Tous. Tu te lamentais,tu m'énervais. Je t'ai offert une chance d'obtenir ce que tu voulais: la survie de Takayuki qui entre nous n'aurait pas survécu bien longtemps sinon. Maintenant si tu en as fini avec moi je te conseillerais de le chercher. Il ne doit pas être bien loin si?Alors va. A moins que tu aies envie de te lamenter pendant que ton amant se fait torturer par je ne sais quel malade.

Puis je m'en allai. Elle se débrouillerait. Sinon tant pis je n'avais jamais donné dans le rôle de papa gâteau. Tous mes enfants avaient eu une éducation à la dure et elle n'y couperait pas:si elle échouait ce serait tant pis pour elle je ne l'aiderais pas. N'avais-je pas été livré à moi-même aussi? Et regardez le résultat...j'en étais sorti vainqueur. Certes j'avais perdu tout de mon innocence d'avant et j'étais devenu beaucoup plus cruel mais bon...cela en valait la peine.Et j'avais bien l'intention que l'un de mes enfants me succède sur le trône des vampires...Pourquoi pas elle dans quelques centaines d'années? Je pouvais croiser le chemin malencontreux de quelque chose plus fort que moi...si tant est que ça existe bien sûr. Mais elle,elle faisait partie de la nouvelle génération et elle avait une vie terriblement difficile...quoi de mieux pour forger une future reine qu'une vie aussi instable et dangereuse?

-Aurevoir ma chère.Bonne chance...

Sur ce je n'avais plus qu'à trouver le palais moi-même...et je tournai à l'angle d'une ruelle.

[je te laisse finir à moins que tu veuilles continuer?^^]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une odeur familièrement étrangère...[Fate et Stinson èué]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 32 parlementaires auraient une nationalité étrangère
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» Plus de 85 % de l’aide étrangère à Haïti sont gérées par les ONG selon Jean Max
» Elections:INITE et L'odeur des dollars de Petrocaribe
» Une Isabella perdue & une odeur alléchante. [PV P'tit Tuc ^0^]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maho... the return of war. :: Ville :: Commerces-