Maho... the return of war.
Bienvenue sur Maho... The Return of War...
Venez faire un petit tour, n'hésitez pas a posez des questions!
Si le forum vous plait, votre inscription nous fera le plus grand plaisir.
Merci à vous et bonne visite =]

Maho... the return of war.

Tout recommence... La Maho fait un nouveau départ. Mais la guerre entre les humains et les magiciens a recommencé... Qui serez-vous? Quel camp choisirez-vous?...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [pour Rox] nouvelle rencontre dans le parc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anna-Lou Lyloubella

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 24/03/2012
Age : 27
Localisation : Derrière mon PC

Feuille de personnage
Arme(s): une I.S: Symphonia Rock et deux dagues
Pouvoir(s): Aucun
Camp: Humains

MessageSujet: [pour Rox] nouvelle rencontre dans le parc   Jeu 26 Avr - 14:18






Profitant de la pénombre et de l’absence de toute vie dans le parc à la tombée de la nuit, j’étais sortie discrètement de chez moi pour aller courir. Il n’y avait que très rarement quelques personnes dans ce parc et lorsque je les croisais, il faisait suffisamment noir et étais habillé assez différemment pour que personnes ne puissent me reconnaitre. Il fallait bien que je prévois au cas où je croiserais un vampire. J’avais remarqué que je n’étais pas la seule, lors de mes balades en ville, à avoir cette couleur de cheveux alors qu’elle était loin d’être courante sur Terre, mais bon, nous sommes à Maho. Pour ne pas être reconnu, j’avais échangé mes vêtements colorés contre des vêtements plus sombres. Je portais une brassière noire avec une bande de motifs floraux stylisés de couleurs carmin, un short gris foncé simple et des baskets noirs à bande magenta. Habiller un peu court effectivement, mais la nuit était douce, calme et personne ne connaissait mon tatouage à part ceux qui aurait pu me croiser dans ce parc. Je faisais attention d’être bien habiller le reste du temps donc on ne voyait jamais mon nombril.

Cela faisait deux heures que je courais dans le parc en suivant l’itinéraire habituel. J’avais commencé en suivant le chemin longeant l’extérieur du parc et petit à petit, je m’étais rapproché du centre en passant devant les différentes partie à thème qu’il abritait, jardin anglais, français, orientale, tous les styles de la Terre et d’autres y était retrouvable grâce à sa taille importante. Il était certainement Le parc le plus grand de Maho et était situé en plein milieu du quartier chic évidement, hors s’est ici même que j’habitais, dans l’un des plus luxueux de tous. Il devait maintenant être près des trois heures du matin. Profitant de ma totale liberté de mouvement, j’avais pris l’habitude de dormir à des horaires différents du reste de la population.

La nuit entre minuit et le lever du jour, cela dépendait du temps que je mettais à me fatiguer, je faisais mon sport, le matin je dormais quelques heures, puis je me montrais un peu à tout le monde en sortant en ville. Les gens ont toujours tendance à se méfier des inconnues et pour devenir invisible, même si cela peut sembler paradoxale, il fallait que je devienne quelqu’un de connue. Maintenant, tous ceux de mon appartement me connaissaient, ainsi que quelques marchands des boutiques environnantes.

L’après-midi, après avoir déjeuné en ville, je rentrais chez moi bronzer ou nager sur le toit de l’appartement avec d’autres voisines et en profitais généralement pour dormir. Lorsque le soleil se faisait trop faible, tout le monde rentrait chez soi et j’en faisais donc de même. J’en profitais alors pour obtenir les dernières informations et rendre mon rapport de la journée à mes supérieurs, travaillais sur mes différents projets ou toutes autres choses que les autres ne devaient pas soupçonner pour garder l’anonymat.

Heureusement pour moi, les voisins avaient compris facilement que je n’aimais pas être déranger, surement car j’étais celle qui venais les voir le reste du temps et ils devaient donc penser que si je restais chez moi, s’était que je ne voulais pas voir qui que se soit. Il arrivait que l’on vienne me proposer des sorties ou autres le soir vers vingt heures, mais cela se déroulant à l’extérieur de chez moi, tous se passait sans problème.

Personne n’était entré chez moi à part Stinson qui devait être pris par les autres pour mon petit ami car je n’avais pas eu d’avance de leur part. Je n’étais peut-être tout bêtement pas à leur goût, mais j’en doutais fortement vu certain regard… Cela m’amusait plus qu’autre chose, sachant de quoi il en retournait en réalité. Ils devaient être loin de se douter qu’il s’agissait d’un vampire et qu’il vivait avec moi pour se simplifier la vie. J’étais devenu une buvette ambulante, mais heureusement pour moi, mon client prenait soin de ces possessions et avait de bonne manière… Bon sang, j’étais devenue le garde-manger d’un vampire… Le fait de le nourrir ne me gênait en rien. C’était le fait d’en quelque sorte lui appartenir qui me dérangeaient. J’avais déjà assez de monde à mon goût sur le dos, même si pour ce qui était de Stin, cela ne m’embêtais pas vraiment, c’était compliquer. D’un côté, cela ne me gênait pas, mais d’un autre, le fait qu’il dépende en quelque sorte de moi me gênait. Haaa, il n’y avait aucune raison. S’il avait besoin de se nourrir et que je n’étais pas là, il pouvait toujours trouver un autre même s’il ne s’agissait pas d’un humain, en cas de besoin cela conviendrait.

J’étais arrivée sans m’en rendre compte près du petit lac se trouvant au centre du parc. Celui-ci était magnifique avec le reflet des étoiles sur la surface miroitante de ces eaux limpides. Je courais le long de cette étendue d’eau quand quelque chose d’étrange se produisit. Sur le coup, je fus trop pris de court pour y réfléchir, mais par la suite, il n’y avait pas à dire, c’était très très étrange. Tous d’un coup, un cri avait résonné dans le parc, puis le temps que je tourne la tête pour voir d’où cela provenais, les flots du lac s’était mis à bouillonner comme si quelqu’un venait d’y tomber. J’en ressue d’ailleurs la confirmation par Symphonia.


« Oui, il y a bien quelqu’un là-bas. Son statut reste indéterminé, mais il est clair qu’il possède une capacité. Je crois qu’il ne s’agit tout de même pas d’un magicien. »

- Tu en es sur ? Car sinon, cela en ferais un de moins.

« Les données rassembler ressemble d’avantage aux courbes des humains possédant des dons. »

- … J’espère que tu ne te trompe pas. Au pire, je n’aurais qu’à le renvoyer dans la flotte dans le cas contraire.



Je retirais mes chaussures et plongeais dans les eaux noires du lac pour aller repêcher cet inconnu. Il enfin elle, n’avait pas fait le moindre mouvement à la surface depuis une minute quand j’étais arrivée à son point de chute. J’avais donc plongé et retrouver à peine consciente. Après l’avoir remonté à la surface et reconduit à la berge, Symphonia m’avait confirmé qu’il ne s’agissait pas d’un magicien. Bon et bien je ne la renverrais pas dans la flotte, mais je devais tout de même encore déterminer de qui il pouvait s’agir. Symphonia pensait à une humaine avec l’un de ces dons étrange. Moi je la mettait dans la case indéterminé car il n’y avait pas que des magiciens ici. On avait déjà rencontré un vampire et je savais qu’il y en avait d’autre. Il y avait aussi certainement d’autre bizarrerie provenant de ces autres mondes. Les humains comptaient bien parmi eux les vampires et ceux possédants des dons alors rien que chez les magiciens, qui pouvaient prévoir ce que l’on pouvait y dénombrer d’autre..

Je la laissais reprendre son souffle et vider ces poumons de l’eau qu’elle avait aspirée en continuant d’analyser les données que Symphonia me transmettait. Tout menait à la conclusion de Symphonia et cela me posait un petit problème. Moralement parlant, je devais l’emmener chez moi et m’en occuper le temps qu’elle puisse se débrouiller, mais personnellement parlant, j’en avais aucune envie. En plus, avec tout le raffut qu’elle avait fait, elle risquait d’avoir attiré quelqu’un. Il fallait donc vite que je bouge d’ici. Ensuite, cela n’allait pas être simple de ne pas attirer l’attention en rentrant vue l’état dans lequel on était. Je risquais donc de griller ma couverture. Bon sang, Si seulement Stin était là ou même cette espionne. J’aurais pu leur refiler ou au moins l’emmener chez elle pour pouvoir nous changer pour rentrer.


- Je ne sais pas qui tu es, mais on ne peut pas rester là. Si tu ne veux pas te retrouver seule, je te conseil de te grouiller par ce que moi je bouge.







Revenir en haut Aller en bas
http://mysteres-du-monde.lebonforum.com/
Roxane Queen

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 26
Localisation : Région parisienne

Feuille de personnage
Arme(s): Pas pour le moment...
Pouvoir(s): actuellement on ne sait pas trop... Mais il y en a un c'est sûr !
Camp: Autres

MessageSujet: Re: [pour Rox] nouvelle rencontre dans le parc   Ven 27 Avr - 2:23








Le vent siffle à mes oreilles, mon corps chute, je crois que je ne réalise pas ce qu'il se passe. Pourtant j'ai conscience du phénomène, la gravité m'emporte inéluctablement vers le sol, tel la pomme qui tombe sur la tête de newton. Sauf que la, la pomme c'est moi et la rencontre avec newton sera autrement plus douloureuse. Foutu sol. En faite, j'ai l'impression que ce n'est pas réel, je ne comprend pas comment je me suis retrouvée dans cette situation. Ce n'ai pas possible! Ai-je glissé? La rambarde c'est-elle cassée? M'a t-on poussé? Je dois être en train de rêver. Ce n'est pas possible.

Mais pourtant j'ai conscience de tomber. Et que je sois dans les bras de Morphée ou la réalité cela ne change rien. En me disant ça une autre vérité m’apparaît. Elle me percute, me frappe, me gifle, m'étouffe. Je. Vais. Mourir. Je vais mourir et c'est inéluctable. Un mince espoir s'insinue malgré tout en moi : peut-être vais-je survivre... Après tout certains ont chuté de plus haut et vivent encore... Mais dans quel état? Non, je balaye cette idée. J'ai cette certitude que si mon corps percute le sol ma vie s'arrêtera à cette instant précis. Cette prise de conscience me broie, et encore une fois cette vérité me retourne totalement. Alors que l'incompréhension me rendait apathique, cette réalisation me fais sortir de cette état. Je crois que j'aurais préféré rester amorphe... Deux sentiments s'imposent alors à moi avec une violence presque douloureuse. Simultanément mon esprit se déchire en deux. De quel coté la raison se place t-elle? Je ne sais pas.

Un peur s'installe en moi. Viscérale, lancinante, tranchante, suffocante. Elle s'installe dans mes tripes et les écrases. Une boule se forme. J'ai peur. Je vais mourir. Elle gonfle dans mon estomac me coupant la respiration. Je vais mourir. Un violant frisson me parcours, la boule remonte dans ma gorge. Je suffoque. J'ai peur. Je vais mourir. Elle danse derrière la prison que forme mes lèvres. Elle gonfle mes joues. Elle tape à l'arrière de mes dents. J'écarte cette barrières que forment mes mâchoires crispées, ma gorge se tend, la boule s'échappe. Je hurle. J'ai peur.

Je hurle, hommage à mon trépas futur. Je vais mourir et je ne le veux pas. Un sentiment de rejet vient s'associer à ma peur. Je. Ne. Veux. Pas. Ma volonté se raccroche à la vie. Je ne veux pas ! Elle s'y agrippe avec une force insoupçonnée. Elle empoigne son fils avec force y plantant ses ongles pour ne pas le lâcher. Je maudis Clotho et Lachésis pour m'avoir tissé et donné un destin pareil, je maudis Atropos pour m'arracher la vie aussi tôt. Non, quelle que soit la décision des Moires, je ne le veux pas. Je rejette cette mort, je l'injurie, lui hurle des insanités, lui crache dessus. Peu importe que je rêve ou non, le dénie s'impose à moi, côtoyant ma peur avec force.

Mais je tombe encore, toujours, irrémédiablement je me rapproche du sol. Et donc de ma propre mort. La frustration s'impose. Que faire? Les secondes semblent passer avec une lenteur angoissante. Et les émotions en moi gonflent encore et encore. Peur, angoisse, incompréhension, dénie, volonté, espoir, désespoir, et temps d'autres gonflent et se propagent à travers mon corps et mon esprit par vagues grossissantes. Une autre vague me traverse soudain. Plus puissante, elle balaye tout sur son passage. Indescriptible, elle me réchauffe et me refroidi en même temps. Elle me brûle et me glace. Elle me pique et me caresse. Elle s'empare de chacune de mes cellules et se propage avec douleur et douceur. Indescriptible. L'air que j'expirais en hurlant se bloque dans ma poitrine. Je ne peux plus respirer.

La sensation s'arrête aussi soudainement qu'elle a commencé. L'air entre à nouveau dans mes poumons, automatiquement je me remet à crier. Le vent recommence à siffler à mes oreilles. Je n'ai jamais été aussi proche du sol à présent. Plus que quelques secondes. Je le sais, c'est inévitable, même si je ne le veux pas. Mon corps percute alors une surface solide et liquide à la fois. Le choque expulsa violemment l'air emmagasiné et je n'eus pas le temps de comprendre quoi que se soit que je m'enfonçais déjà dans un liquide glacé. De l'eau. La vitesse de la chute a rendu la surface presque dur. Le choque me sonne totalement. Je m'enfonce toujours, j'ai la sensation de baigner dans un bain remplie de glaçon. Le froid et le choque m'engourdissent. L'unique inspiration m'a remplie d'eau. Mes poumons me brûlent lacérés par les lames aqueuses. Je suis incapable de penser, de réagir. Je m'enfonce. Je croyais mourir les viscères explosées parterre baignant dans mon sang, je vais finalement mourir noyer. Je crois que les Moires m'en veulent vraiment... Foutu femmes frustrées de la vie...

Mes pensés s'embrouillent. Seul l'eau m'entoure, je vois trouble. Mon corps s'engourdit, je ne ressent plus rien. Le froid me gèle, mon esprit sombre, les ténèbres m'attirent vers le fond. Une main m'agrippe et me tire vers se qui semble être le haut. La lune se reflète à travers la surface ridée. Pale et gondolée, elle diffuse une légère clarté dans l'eau profonde. Je m'éloigne des tréfonds ténébreux. La vase ne m'enterrera pas ce soir.

Je sens le sol dure de la berge glisser sous mon corps inerte. Je n'ai que peux consciences de ce qui m'arrive. J'ai l'impression de vivre au ralenti entourée d'un brouillard. On me traîne sur un sol recouvert d'herbe et fini par être étendu à terre. La position me fait recracher de l'eau et pour la première fois depuis que je suis sorti de l'eau j'inspire comme si ma vie en dépendait. Ma vie en dépend d'ailleurs. Grave erreur, bien que nécessaire. Des points douloureux me bloquent à nouveau la respiration.. Mes poumons sont en feu. Je recrache encore de l'eau reprenant peu à peu pied avec la réalité. J'inspire à nouveau plus modérément. Chacune d'entre elles me donnent l'impression que des lame viennent trouer mes poumons. Je tousse. Je crache.

Respirant avec difficulté et toussant beaucoup, je prend conscience d'une chose. Je suis en vie. Incroyable. Les Moires jouent avec moi... En levant la tête j'observe un instant mon sauveur ou plutôt ma sauveuse qui semble me regarder sans vraiment me voir, elle parait réfléchir. Mais je suis trop hébétée pour m'y attarder. Je suis vivante. Impossible! Pourtant vrai. Je lève les yeux pour m'apercevoir que nous sommes au bord d'un lac. Enfin j'entraperçois plutôt. Mes lunettes sont restés par miracle sur le bout de mon nez. Je les essuie dans un réflexe pour les nettoyer des gouttelettes d'eau rester dessus. Pourquoi y a-t-il un lac ? Je ne comprend pas. Je ne comprenais déjà pas grand chose mais là c'est encore pire. Je suis perdu.

- Je ne sais pas qui tu es, mais on ne peut pas rester là. Si tu ne veux pas te retrouver seule, je te conseil de te grouiller par ce que moi je bouge.

Sa voix me fait sortir de ma léthargie. Je l'observe avec plus d'attention. Elle semble ennuyée. Je la vois se lever avec souplesse et commencer à marcher. Lentement j'analyse sa phrase. La compréhension des mots me réveille totalement et fait monter en moi un sorte d'angoisse. Elle va partir. Et moi ? Je ne veux pas qu'elle parte sans moi !

Si un médecin m'avait ausculté à cette instant, il aurais diagnostiqué un état de choque. Je me sens totalement vulnérable. Je comprend mieux pourquoi certaines personnes instables se font si facilement endoctriner par des sectes. Un esprit vulnérable est facilement manipulable, et certain savent en profiter. En l'état actuelle des choses j'aurais suivi n'importe qui pouvant m'apporter un semblant de sécurité et d'aide. Peu importe qui il est cela n'aurait rien changé, il aurait pu être un tueur en série que je le suivrais quand même. Espérons que ma sauveuse a des intentions plus louable...

Je me redresse avec difficulté, instable sur mes deux pied. Ma respiration se fait difficilement et je me raccroche avec un brins de désespoir au dos de sa brassière. J'essaye de la suivre du mieux que je peux, marchant plus par automatisme que pars volonté. Je regarde un peux plus autour de moi et découvre un environnement totalement différent à ce que j'aurai dût observer. Un parc se profile devant moi sous les rayons de lune, nous marchons sur une allée bordant une étendu d'eau. Un lac. Se même lac dans lequel j'ai faillis me noyer. Je suis en vie. Cette information à encore du mal à monter jusqu'à mon cerveau. Mais l'incompréhension supplante toutes autres émotions. Où suis-je? Où sont les bâtiments parisien ? Je devrais être au pied de mon immeuble ! Et je peux affirmer qu'il n'y a ni parc ni lac en bas de chez moi. Il n'y a pas la place dans la petite cours entre les bâtiments serrés de Paris. Et le seul parc près de mon domicile n'a pas de lac. Où suis-je?

- Où suis-je?

Sans m'en apercevoir je pose ma question à voix haute. L'incompréhension se dépend dans mon ton. Je suis en état de choque après avoir chuté je ne sais comment de mon balcon, après avoir faillis me noyer dans un lac qui n'aurai pas dût exister et après avoir été sauvé par une inconnue dans un lieu inconnue. Je suis perdu... Où suis-je?







Voilà =) J'espère que ça te plais, c'est bien la première fois que j'arrive à autant écrire en rp... Je crois que je suis inspirée XD

Je vais essayer de prendre plus d’initiatives, mais je crois t'avoir déjà dis que j'ai du mal avec ça
>_< Mais promis je vais faire des efforts!!!!

Donc bahhhhh le prochain normalement dimanche soir =)

Amuse toi biennnn ^0^

LiLi







Dernière édition par Roxane Queen le Sam 5 Mai - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anna-Lou Lyloubella

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 24/03/2012
Age : 27
Localisation : Derrière mon PC

Feuille de personnage
Arme(s): une I.S: Symphonia Rock et deux dagues
Pouvoir(s): Aucun
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [pour Rox] nouvelle rencontre dans le parc   Ven 27 Avr - 4:42






- Je ne sais pas qui tu es, mais on ne peut pas rester là. Si tu ne veux pas te retrouver seule, je te conseil de te grouiller par ce que moi je bouge.


Quand je pris la parole, elle sembla me regarder pour la première fois. Elle était totalement sous le choc. Bien sa me faciliterais la tâche avec elle. Dans cet état, elle n’aurait pas les idées très claires et me suivrait bien docilement. Après que je me sois relevé lentement sans effort, je partie en direction de mon immeuble. Avec un peu de chance nous croiserions quelqu’un et je pourrais l’utiliser, mais pour cela, il ne fallait pas être vue ou du moins reconnu. Après avoir fait quelque pas, elle se leva précipitamment pour ne pas me perdre… Elle allait donc réellement me suivre. En même temps quel autre choix avait-elle. Elle semblait complétement perdu et donc, temps qu’elle ne saurait où elle était, elle me suivrait jusqu’au bou du monde. Voilà comment fonctionnait l’esprit quand on se retrouve dans la situation où l’on ne sait rien car c’est ce qu’elle semblait être.

Elle tanga sur ces jambes en se relevant, respirant difficilement et bien trop bruyamment à mon gout. Je me retrouvais donc avec une gamine trempé jusqu’aux os et j’y crois pas, en plus maladroite. Elle venait de trébucher… Génial, j’allais devoir l’aider si je voulais vite rentrer dans chez moi. Bon sang, j’avais pas du tout envie qu’elle y vienne. Espérons que Stin ne serait pas là. Nous étions pile dans son instant de la journée la plus active. S’il avait faim, il se ferait une joie de se charger de la demoiselle… Peut-être pas une si mauvaise idée. Au moins, je n’aurais plus à m’en occuper. En revanche, il se ferait une joie double de me taquiner sur sa présence dans mon appartement. Il savait que j’avais horreur d’avoir du monde chez moi. La seule raison que cela marche avec lui était la compatibilité de nos caractères. C’était la seule conclusion qui m’était venue sur notre entente.

Lorsqu’elle me lâcha, je ramassais mes chaussures, puis l’attrapai fermement par le bras pour la guider à travers le parc. Où pouvions-nous aller ? Il nous fallait des vêtements secs et pour ma part, d’un autre type que ceux que je portais. Je n’avais vraiment pas envie de l’emmener chez moi. Les bains publics ? Non, même si à cette heure on ne risquait pas de croiser quelqu’un, nous n’aurions pas de vêtement car justement nous ne croiserions personnes donc pas de vêtement à piquer. Un hôtel ? Je n’avais pas d’argent sur moi. Je n’avais pas prévue d’en avoir besoin voyez-vous… Bon, je n’avais pas le choix. Je détestais déjà cette gamine… Encore une rencontre qui débute male. Elle devenait monnaies courante dit donc. Le pire de tout était que ne sachant pas qui elle était, je ne pouvais pas non plus la laisser se douter de qui j’étais. Ici vivait les magiciens donc faisons nous passer pour tel comme je le faisais jusqu’à maintenant.

Elle marcha, mettant un pied devant l’autre plus par réflexe à mes mouvement qu’à une réelle volonté de mouvement. Elle essayait de se repérer en observant les lieux… Vus son expression, elle ne semblait rien reconnaitre. Je ne pris pas la peine de m’arrêter tailler bavette sur le lieu où nous nous trouvions. Au contraire, puis que je la fis accélérer le pas. Je nous fîmes couper à travers les pelouses pour nous dissimuler à ceux qui venaient d’arriver en courant. Je sourie car si je n’avais pas été là, elle se maintenant morte vue leur vitesse de réaction. Caché par les ombres, je ralentis le pas et observai les alentours que nous croisions au cas où je pourrais trouver quelque chose d’utiles. La lune était encore bien dessiner et apportait tout l’éclairage qui m’était nécessaire à nos déplacements. Quand j’eu en tête une pensée qu’elle pourrait se mettre à parler, elle le fit. Bon sang, avec ces bêtises, nous allions être repérés.


- Où suis-je?


Sa voie résonné d’une telle incompréhension que je faillis rire. Où ? Rien que de moins dans un parc du monde le plus improbable pour un humain. Je venais de recevoir les dernières données de Symphonia. Rien dans les dossiers militaires. Elle n’était donc pas envoyer par eux. Une civile ? Comment avait-elle bien pu arriver jusqu’ici… Pas le temps de cogiter à cela. Il fallait que nous rentions chez moi et vite, mais surtout dans le silence ! Je chuchotais donc des mots rapides essayant de lui transmettre toute l’intensité de mes paroles en y associant le geste. Je fermis le point devant son nez par réflexe pour la faire taire, puis mis mon indexe devant mes lèvre doucement pour qu’elle comprenne d’avantage.


- Après. Silence.


Nous étions presque arrivés à bon port. Je levis la tête vers le balcon qui était le mien toujours camouflé par les arbres. Toutes les lumières étaient allumées, difficile de ne pas être vue. Quelqu’un passa à proximité sur le chemin et après avoir indiqué à mon poisson qu’il devait rester silencieux et ne pas bouger par geste, je me glissais hors du couver de notre abri pour le suivre silencieusement sens être vue. Quand je fus arrivée sur le chemin, je posais chacun de mes pas en même temps que ma cible, une jeune femme semblant faire vaguement ma corpulence. Parfait. Avec ces vêtements, j’allais pouvoir entrer par la grande porte sans problème. Il ne faudrait plus que répéter la démarche pour ma compagne et nous faire passer pour des connaissances pour que sa présence semble normale.

J’assommai ma cible d’un coup rapide et efficace tout en la rattrapant pour qu’elle ne fasse pas de bruit en chutant. Je la mise sur mon épaule et la ramena vers les fourré en ne quittant pas la demoiselle trempé pour qu’elle ne dise pas un mot. Elle avait intérêt à comprendre le message. J’échangeais ces vêtements avec les miens sans me formaliser de la présence d’un autre individu. Après avoir essoré au maximum mes cheveux, je les attachai avec les divers accessoires que ma victime possédait pour qu’il semble laqué. Je fis donc un chignon très serré en hauteur. Bien maintenant, je devais la placer là où cela serait le plus logique de trouver quelqu’un d’assommé… Tient et si je l’utilisais pour attirer la suivante. Je la mise en évidence sur le chemin près de la végétation où je pourrais me cacher.



Revenir en haut Aller en bas
http://mysteres-du-monde.lebonforum.com/
Roxane Queen

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 14/04/2012
Age : 26
Localisation : Région parisienne

Feuille de personnage
Arme(s): Pas pour le moment...
Pouvoir(s): actuellement on ne sait pas trop... Mais il y en a un c'est sûr !
Camp: Autres

MessageSujet: Re: [pour Rox] nouvelle rencontre dans le parc   Jeu 3 Mai - 17:07








Tout en suivant ma sauveuse je regarde autour de moi, nous avons quitté le chemin pour nous mettre à l'abri des arbres. Je ne reconnais rien. Strictement rien. Où suis-je ? Je suis perdu, aussi bien physiquement que psychologiquement. Je cherche désespérément mon fil d'Ariane... Où-suis je ? La question me taraude au point de la dire à voix haute sans m'en rendre compte. J'ai froid aussi. Vraiment froid. Mes vêtements mouillés me collent à la peau et me glacent jusqu'à l'os. Je tremble.

Soudain, un point se ferma devant mon visage me faisant sursauter. Cela me fait revenir un peu plus à la réalité et je vois la jeune femme qui c'est retournée face à moi me faire signe de me taire.

- Après. Silence.

Sur le moment je ne comprend pas pourquoi elle me dis ça, silence? Est-je fais du bruit? Puis je me rend compte que j'ai du poser ma question à voix haute. J'obtempère cependant, elle semble vouloir être discrète. Y a-t-il un autre danger qui se tapis dans l'ombre pour me -nous- surprendre encore une fois? Je note cependant qu'elle compte répondre plus tard à ma demande.

Nous continuons à marcher en silence. Elle me tenant le bras, moi tremblant légèrement et suivant du mieux que je peux son allure. Nous avons accéléré. J'observe un peu mieux ma repécheuse. Elle ne semble pas accommodée plus que cela par ces vêtements imbibés d'eau, elle est plongée dans ces pensées, mais malgré ça j'ai la sensation qu'elle est attentive à tout ce qui se passe autour d'elle. Elle semble avoir le même âge que moi. Peut-être un peux plus. Difficile à dire. Son apparence dénote avec sa présence. Elle a l'air frêle, ces cheveux rose ressortent dans la nuit qui nous entour, l'environnement et ses vêtements sombres contrebalancent cette allure de fragilité. D'autre chose aussi... Je croise ces yeux mauve, son visage reste impassible. Étrange personnage... Je n'arrive pas à savoir ce qu'elle peut bien penser. Bien que je n'aime pas étiqueter les gens même si je voulais le faire je ne pourrai pas la « classer ». Remarque je dois être tellement à coté de la plaque que cela ne m'étonne même pas.

Je commence à ressentir de plus en plus l'impression d'irréalité. Je ne fais que suivre ma sauveuse. Rien de plus. Mon corps s'engourdit aussi avec le froid. Je tremble encore. Je remarque que nous somme arrivée à la bordure du parc, j'étais trop à mes observations pour m'en rendre compte. Devant moi se dresse des bâtiments aux allures luxueuses, des résidences. Je ne sais pas quel heure il est, mais il n'y a pas grand monde dehors.

La jeune fille que je suis s'arrête devant moi, nous sommes toujours à l'abri des regard. Elle me fais signe de ne pas bouger et de me faire discrète. J'acquiesce simplement. J'ai décider de prendre les chose comme elle vienne. Je ne sais ni où je suis, ni avec qui d'ailleurs. Je vais juste attendre le bon moment pour poser mes questions. Où sommes-nous? Qui êtes-vous? Comment suis-je arrivé là? Savez vous comment je peux retourner chez moi? Enfin des questions de ce genre quoi.

J'écarquille les yeux avec un hoquet de stupeur. Voilà j'ai trouver je suis en train de rêver. C'est pas possible. Ma sauveuse vient d'assommer quelqu'un et est en train de traîner cette pauvre femme dans l'ombre près de moi. Qu'est ce qu'elle fait ? Pourquoi ? Je la vois dévêtir la femme étendu par terre et enlever ces propres vêtements. Est ce qu'elle va...? Oui elle le fais! Je n'y crois pas. Je rêve, c'est pas possible ! Ma sauveuse est en train de se rhabiller le plus calmement du monde avec les habits de sa victime assommée par terre. Bien. Je rêve. On dirai que finalement les vêtement mouillés la dérangeaient.

Au moins ça m'explique beaucoup de choses. Plus besoin de me poser de questions. Je suis simplement dans les bras de Morphée et celui-ci s'éclate à me faire vivre des choses dont je me serai bien passées. Ma sauveuse s'amuse à assommer les gens pour changer de vêtement. Quoi de plus normale ! Je suis en train de dormir. Les rêves ne sont jamais très logique. Ça explique aussi le fais que je ne sache pas comment j'ai atterri ici. Ou comment tout cela à commencé tout simplement.

Je me retrouve soudainement avec une brassée de vêtements dans les bras. J'étais encore dans mes pensées... Je regarde ma sauveuse me tendre des vêtements l'air exaspérée de mon état de mollusque avancé. Je cligne des yeux et regarde autour de moi revenant a la réalité. Hum hum, enfin je me comprend... Il y a deux personnes maintenant étendu par terre. Toute logique me déserte. Après tout je suis dans un rêve. Je me déshabille donc, me retournant quand même - Un minimum de pudeur voulez-vous - et m'habille à mon tour. Je me retrouve affublé d''un jeans qui a quelques tailles de plus que nécessaire, et d'un jolie top couleur crème qui lui me va comme un gant. Je fini d'enfiler la veste qui va avec par dessus. Et puis Ô miracle!!! Chaleur bien heureuse!!! Qu'est ce que cela fais du bien!!! Je m'emmitoufle un peu plus dans le vêtement pour me réchauffer, poussant un petit cris de satisfaction qui m'attire d'ailleurs un regard noir de mon accompagnatrice et assommeuse professionnelle à ses heures perdu.

Cette dernière d'ailleurs c'est métamorphosé, elle semble toute mignonne avec ces cheveux rose attachés. Je dois ressembler à une pouilleuse même avec des vêtement sec pour ma pars. J'avise une pince dans les cheveux de la victime numéro 2. Bof.. Allez pourquoi pas. Je m'en empare et essaye du mieux que je peut de démêler et d'attacher mes long cheveux. Après tout elle ne viendra pas se plaindre la pauvre femme, elle n'existe que dans mes songes.

Nous nous remettons en marche après que ma sauveuse se soit occupé de nos deux victime évanouie. J'espère que quelqu'un les trouvera vite quand même... J'ai arrêter de trembler maintenant que je porte des vêtements sec, par contre je crois que nos deux assommées elles vont vite avoir froid. Enfin peut importe, je suis dans le royaume des songes, au pays de la bizarrerie de l'inconscient. Remarque... Je commence quand même à me poser des questions... Ne dit-on pas que lorsque l'on se rend compte que l'on rêve on se réveille invariablement ? Suis-je une exception à la règle? Je l'espère, sinon... Et bien je suis reparti pour avoir un mal de crâne....

Nous arrivons dans une belle résidences, avec un hall d'entré et quelques parti commune où il doit être agréable de discuter. Je suis ma guide jusqu'au palier du troisième étage. Est-ce qu'elle m'a emmener jusqu'à chez elle? Des questions encore... Même en réant elle me taraude... Tout en la laissant ouvrir la porte et entré dans un couloir, je me décidais de me lancer. Commençons déjà par les politesse. Même si bon... Je ne pense pas qu'elle s'en froisserai. Elle vient de mon imagination.

- Hum... Je... merci de m'avoir sorti de l'eau. Et hum...

Bravo!!! Un grand bravo pour Roxy et son bafouillage incompréhensible ! Je me racle la gorge un instant et reprend plus clairement.

- Je ne sais pas comment j'aurais fait sans vous. Je ne sais même pas comment je suis arrivée ici. Enfin, hum, je m'appelle Roxane Queen. J'avoue être totalement perdu pour le moment. A qui ai-je l'honneur?




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [pour Rox] nouvelle rencontre dans le parc   

Revenir en haut Aller en bas
 

[pour Rox] nouvelle rencontre dans le parc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ma resolution pour la nouvelle année
» Nouvelle étape pour une nouvelle vie
» Promenons-nous dans le parc pendant que le lapin n'y ais pas... Oh wait...
» Dans un parc
» 06. Nouveau look pour une nouvelle vie
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maho... the return of war. :: Ville :: Parc-