Maho... the return of war.
Bienvenue sur Maho... The Return of War...
Venez faire un petit tour, n'hésitez pas a posez des questions!
Si le forum vous plait, votre inscription nous fera le plus grand plaisir.
Merci à vous et bonne visite =]

Maho... the return of war.

Tout recommence... La Maho fait un nouveau départ. Mais la guerre entre les humains et les magiciens a recommencé... Qui serez-vous? Quel camp choisirez-vous?...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anna-Lou Lyloubella

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 24/03/2012
Age : 27
Localisation : Derrière mon PC

Feuille de personnage
Arme(s): une I.S: Symphonia Rock et deux dagues
Pouvoir(s): Aucun
Camp: Humains

MessageSujet: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Dim 7 Oct - 14:10










Comme tous les matins, je me levais en m’étirant pour être prêt à faire face à tous ce que j’allais avoir à gérer. Cette journée s’annonçait des plus rempli et l’événement le plus important allait avoir lieu cet après-midi lorsque je retrouverais la petite Anasora. La veille, j’avais parlé avec Stinson pour le prévenir et voir avec lui ce qu’il acceptait que je dise. Au finale, je n’avais pas vraiment eu de recommandation supplémentaire, mais juste un rappel à de ce qui arriverait dans le cas où je dévoilais certaines informations que je savais déjà confidentielles.

Une fois mes activités matinales habituelles achevées, je déjeunais avec un magicien rencontré lors de la dernière soirée à laquelle j’avais participé. Nous nous quittâmes vers 14 heures exactement ce que j’avais prévue à quelques minutes près ce qui me laissa le temps pour passer changer avant de me rendre dans ma future boutique. Après avoir parlé quelques temps plus tôt à Roxane de celle-ci et avoir eu la confirmation ce matin qu’elle souhaitait toujours y travailler, j’avais prévue de la présenter la prochaine fois que je me rendrais à la boutique à Anasora.

Arrivé à la boutique, je demandais à Symphonia de surveiller le magasin et de s’occuper de l’accueille d’Anasora le temps que j’arrive. En patientant, j’allais travailler un peu au laboratoire où m’attendait toujours quelque chose à faire. Durant la nuit dernière, je lui avais envoyé un message pour la prévenir de l’heure et du lieu de rendez-vous. Après avoir traversé tous les portes sécurisées et avoir passé le sas de décontamination, je me rendis devant mon interface pour pouvoir travailler sur les données de Haste et régler la machine pour les premiers essais.

Je venais de finir de régler les paramètres de dérivation quand Symphonia me montra Annasora en train d’entrer dans la boutique. J’enregistrais mon travail et partie la rejoindre en passant par le même et unique chemin pour retourner dans la boutique. Quand la porte coupe-feu qui me séparait de la boutique s’ouvrit dans son bruit lourd et rassurant, je pus entendre la fin de la conversation entre Symphonia et Anasora. Symphonia la prévenait que j’étais en chemin et était sur le point d’arriver. Elle lui demanda tandis que j’arrivais dans la pièce si elle avait besoin de quoi que ce soit et je la coupai pour lui dire que je m’occupais du reste en la remerciant. Symphonia pris le soin de fermer à clef la boutique et retourna aux calcules que je lui avais demandé de faire sur nos travaux.


- Anasora, je suis ravie de te revoir. Si cela te dis, je vais te faire faire le tour de la boutique. Ne t’en fait pas, cela sera très rapide. On ira en suite dans l’envers du décor. Tu verras, on se croirait à s’y méprendre sur une base terrienne. En tout cas, sur l’une de celles où moi j’ai grandi.


Je commençais par lui dire expliquer la pièce où nous nous trouvions qui n’était autre que l’accueil et caisse de la boutique. Je lui montrais en suite les pièces en cours d’installation dont elle devrait s’occuper quand elle s’occupera de tout préparer pour l’ouverture. Celle-ci n’avait pas encore de date de définit pour que je puisse faire trainer au maximum les choses et travailler tranquillement. Je lui expliquais aussi que l’état de la boutique était fait exprès pour ne pas dénoter du paysage. Moins les environs serait fréquenté mieux cela serait, mais il fallait tout de même que cette couverture soit crédible. Il allait donc falloir marcher sur des œufs jusqu’à ce que tout le monde trouve sa place et que la boutique fasse partie intégrante des environs.

Je lui fis faire le tour de l’établissement en lui expliquant les idées que j’avais eu pour lui. Je voulais en faire un petit bouiboui d’achat-revente peut cher. On pourrait ici trouver de n’importe quoi et même le faire réparer. Je m’occuperais des réparations dans l’arrière-boutique pour que les produits apportés soient revendu plus cher ou simplement facturer la réparation à la personne aillant amené l’article défectueux. Le magasin allait être divisé pour faire diffèrent coins spécialisé (informatique avec les ordinateurs et autres, électro-ménager, …), mais actuellement seule trois pièces de la partie boutique visible aux clients avaient été suffisamment remises en état et débarrassés pour être utilisable dont l’accueille.

Je lui montrais ensuite la salle du personnelle et lui confia son badge d’entrée. Celui-ci était un passe classique, utilisé par tous les bâtiments nécessitant une entrée restreinte. Au fond de la pièce près du tableau blanc avec ces marqueurs se trouvait une porte avec cette fois-ci un moyen d’ouverture un peu plus spéciale. Il fallait faire un scanne rétinien pour pouvoir l’ouvrir. Je m’occupais donc d’ouvrir la porte, mais avant de passer dans l’autre pièce, je demandais à Symphonia de lancer le programme d’enregistrement.


- Anasora, tu peux venir te placer devant le scanner et lui montrer tes jolis yeux. On va s’occuper de ton enregistrement. Par contre je m’excuse d’avance, mais on va devoir jouer à ce petit jeu à chaque passage nécessitant une identification donnée. Une fois que cela sera fait une première fois, ce ne sera plus aussi long. Comme tu as pu le constater, cela ne prend que quelques secondes par la suite.


Quand l’enregistrement fut achevé, je lui montrais l’arrière-boutique et son immense espace de stockage avec toutes ces petites particularités. Nous nous rendîmes en suite devant le placard à ballet que je lui demandais d’ouvrir. Bien entendu, elle n’y trouva que des ballets, seaux et autre nécessaires à nettoyage. Je fermais en suite le placard pour le rouvrir à mon tour. Le placard factice monta pour laisser la place à un ascenseur cette fois-ci. Je me retournais vers elle et lui expliquait rapidement qu’avec un scanne digitale qui se faisait automatiquement à condition de laisser sa main au moins cinq seconde sur la poigner, l’ascenseur apparaissait pour donner accès à l’envers du décor. Je lui fis faire un nouvel enregistrement, cette fois-ci pour son empreinte digitale, puis nous entrâmes dans l’assesseur afin de rejoindre le premier sous-sol.

Ce sous-sol était surtout spécialisé dans la partie recherche. Il allait donc rarement avoir la visite des autres espions sauf peut-être ceux désirant se reposer après s’être entrainé à l’étage inférieur. Il y avait aussi de quoi s’armer que cela soit nous ou nos IS. Nous reprîmes l’ascenseur pour nous rendre au deuxième sous-sol plus spécialisé dans l’entrainement. Après avoir fait le tour des locaux, nous nous arrêtâmes dans la salle d’entrainement pour enfin discuter de choses un peu moins rébarbatif. Tous ces scannes avait été obligatoire pour qu’elle puisse se déplacer s’en encombre dans l’avenir, mais on ne pouvait pas dire que cela été intéressant. Je m’installais sur un des éléments mobile de la pièce après avoir demandé à Symphonia de l’aménager pour l’entrainement physique. Du haut de ma poutre, j’observais Anasora. Personnellement, je m’étais installé, car nous risquions d’en avoir pour un petit moment.


- Bien. Et si on passait aux informations, à moins que tu n’es des questions ?











Revenir en haut Aller en bas
http://mysteres-du-monde.lebonforum.com/
Anasora Kamikaze

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 04/07/2012
Age : 18
Localisation : Regarde bien ...

Feuille de personnage
Arme(s): Un IS et deux lames tranchantes que je porte toujours sur moi
Pouvoir(s): Nop
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Mar 9 Oct - 18:48

Anna-Lou & Anasora
«Petit rendez-vous entre espions.»
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]


Comme il y a une première à tous, je me levais aujourd’hui avec le sentiment de savoir que faire. Je ne me demandais pas dès mon réveil ce que j’allais bien pouvoir faire pour simuler encore un peu plus ma nature humaine, ou qu’allais je faire pour m’intégrer. Aujourd’hui, je savais que j’avais un rendez-vous avec Anna-Lou, dans la boutique qui serait prochainement mon lieu de travail, si tous se passait bien. Enfin, il restait tout de même une question : qu’allais-je bien faire avant 14h00 ? Dormir ? Je n’y parviendrais pas. Rendre visite à un ami ? Non plus. Je finis par décider que je ferais ce qui me passerait par la tête. Je partis donc déjeuner, et restai une bonne heure assise dans le canapé, à lire un livre. Enfin du moins, je faisais comme-ci. C’était Ayame qui se chargeait de me transmettre ce qu’il était écrit entre ces pages. Après cette occupation pour le moins passionnante, je rendis visite à mon voisin de palier qui, depuis un bon moment déjà, tourné en rond dans sa maison. Il m’accueillit chez lui avec un sourire chaleureux, et nous papotions pendant plusieurs heures, avec un verre d’alcool ou de limonade dans les mains, selon les heures qui filaient. Finalement, je le saluais vers 13h30, et commençai à me rendre à l’adresse indiquée dans le message d’un pas léger. Tout en marchant, Ayame me disait la fin du livre lu lun peu plus tôt en un résumé de son œuvre. Elle connaissait le contenu de ce livre sur le bout des doigts, comme beaucoup d’autres. Arrivée à la boutique, j’entrais sans prendre la peine de toquer. Après tout, qui signaler sa présence avant d’entrer lorsqu’il s’agissait d’une boutique ? Pas grand monde. Et puis, j’étais certaine qu’Anna-Lou avait installé bon nombre de caméras ou bien son IS se chargeait-il de surveiller l’accueil. La deuxième option fut la bonne. Son IS m’accueillit, engageant la conversation. Elle finit par me dire qu’Anna-Lou était en chemin, et me demanda ensuite si j’avais besoin de quoi que ce soit. Je n’eus pas le loisir de répondre que l’intéressé arrivait. Son IS m’abandonna, et alla fermer avec soin la boutique avant de replonger dans ses occupations.

"- Anasora, je suis ravie de te revoir. Si cela te dis, je vais te faire faire le tour de la boutique. Ne t’en fait pas, cela sera très rapide. On ira en suite dans l’envers du décor. Tu verras, on se croirait à s’y méprendre sur une base terrienne. En tout cas, sur l’une de celles où moi j’ai grandi."

Je la saluais à mon tour, et acquiesçais. Elle commença alors à m’expliquer que la pièce où nous nous trouvions été l’accueil et la caisse de la boutique. Elle me fit visiter alors l’ensemble de la boutique, dont plusieurs pièces que je devrais préparer avant l’ouverture. Elle m’expliqua par la suite que l’état des lieux étaient faits exprès pour ne pas dénoter du paysage. Cela paraissait logique. Cette boutique n’était qu’une couverture, qu’il fallait éviter de mettre en évidence, mais qu’il fallait tout de même faire marcher pour ne pas attirer les soupçons. J’eus donc le droit à une visite complète de la boutique, avec des idées pour chaque pièce. Si j’avais bien saisi, ce serait une boutique d’achat-revente peu cher où l’on pourrait trouver des objets en tous genres, ou bien en faire réparer… Elle m’expliqua donc tous en détails, et je l’écoutais avec attention. Après tout, c’était une chance pour moi d’avoir enfin trouvé un métier. J’avais beau avoir fait quelques postulations dans des magasins, aucun ne m’avait répondu. À croire qu’ils ne lisaient jamais leurs courriers.

Elle me montra ensuite la salle du personnel et me fournit un badge personnel, tout à fait banal. Je le pris et le glissai dans la poche de mon sweater blanc, en fermant avec précaution la poche. Il serait bête de le perdre. Enfin, il n’y avait que très peu de risques. S’il tombait, je le verrais immédiatement grâce à mon capteur. Je suivais Anna-Lou vers une porte en peu différente, qui selon Ayame était plus spéciale que les précédentes. Ce n’était certainement pas le genre d’endroit où elle inviterait un magicien. Elle ouvrit la porte, tout en parlant:

"- Anasora, tu peux venir te placer devant le scanner et lui montrer tes jolis yeux. On va s’occuper de ton enregistrement. Par contre je m’excuse d’avance, mais on va devoir jouer à ce petit jeu à chaque passage nécessitant une identification donnée. Une fois que cela sera fait une première fois, ce ne sera plus aussi long. Comme tu as pu le constater, cela ne prend que quelques secondes par la suite."

Bien que j’eusse horreur d’exposé mes yeux à quoi que ce soit, je m’exécutais. Une fois l’enregistrement fait, elle me montra l’arrière-boutique et son immense capacité de stockage ainsi que ces quelques petites particularités. La boutique était bien plus immense que je ne me l’imaginais. De l’extérieur, elle semblait bien plus petite. Et encore, je n’avais pas tout vu. Elle me demanda d’ouvrir une porte qui semblait aussi banale que celle de la salle de bain, dans mon appartement. Je découvris derrière des balais et seaux. Rien de très extraordinaire. Je le refermais, et la laissais me montrer ses talents. Elle resta plusieurs secondes sur la poignée, puis lorsqu’elle l’ouvrit, il n’y avait plus aucune trace du placard au balai, mais un ascenseur le remplaçait. Personne ne risquait de mettre la main dessus, c’était certain. Elle m’expliqua brièvement qu’avec un scanne digitale qui se faisait automatiquement à condition de laisser sa main sur la poignée pendant environ 5 secondes, l’ascenseur apparaissait. J’eus droit à un nouvel enregistrement, mais, cette fois-ci digitale. Je n’aimais pas particulièrement l’idée qu’on puisse tomber sur des empreintes m’appartenant, mais je ne fis aucune remarque. Cela ne servait strictement à rien, après tout. Nous montons dans l’ascenseur qui nous conduisit au premier sous-sol. Comme pour toutes les autres pièces, elle m’expliqua ce à quoi servait cette pièce. Après cela, nous grimpâmes de nouveau dans l’ascenseur qui nous conduisit cette fois-ci, au second sous-sol. Il était plus spécialisé dans l'entrainement, et après m’avoir fait visiter le tour du sous-sol, elle me conduisit dans la salle d’entrainement, où elle s’assit sur une poutre. Comprenant que nous en avions pour un moment, dans cette pièce, je m’assis à mon tour sur un élément mobile, presque face à celui d’Anna-Lou.

"- Bien. Et si on passait aux informations, à moins que tu n’es des questions ?"

Il ne me semblait pas avoir de questions sur la boutique. J’avais tout compris sur ce que je devais faire, et comment elle fonctionnait.

"-Aucune pour le moment. "
Je n’avais plus qu’à attendre qu’elle passe aux informations, ce qui ne serait que tardé…
Revenir en haut Aller en bas
Anna-Lou Lyloubella

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 24/03/2012
Age : 27
Localisation : Derrière mon PC

Feuille de personnage
Arme(s): une I.S: Symphonia Rock et deux dagues
Pouvoir(s): Aucun
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Mar 9 Oct - 19:12









Anasora s'installa à son tour après que je me sois assise sur une poutre en laissant pendre mes jambes de chaque côté, les balançant comme une enfant. J'adorais raconter aux autres mon savoir et surtout jouer avec les limites que je me fixais. J'avais déjà prévu ce que j'allais lui dire, mais je n'étais pas encore décidé sur la manière de le faire. Ce que je m’apprêtais à lui raconter pouvais à si méprendre ressembler à une histoire fantastique. Après m'avoir répondu qu'elle n'avait pas de question pour le moment, je me mis à lui raconter ce que je savais.


- Une première question pour commencer. Crois-tu aux mythes et légendes ?


Je la regardais attentivement pour essayer de déterminer ces réactions. Pour elle, j’espérais que même si elle n’y croyait pas jusque-là, elle accepterait ce que je lui dirais. Pour ma part, le problème ne s’était jamais posé puis que j’étais née dans une famille qui connaissait leur existence, enfin… Père, Alex et moi. Mère n’avait jamais pris au sérieux cela et pour ce qui était de mon beau père et Mélina, on avait préféré éviter de leur en parler. Certain secret devait rester limité au petit nombre. La plus part des humains n’était pas prêt ou ne les accepteraient pas. Ou bien, cela était la seule chose qui nous restait de lui et on ne voulait pas le partager avec qui que ce soit… Puis que je connaissais leur existence, le généralissime m’avait mise sur le dossier ‘’Night’’ sans que j’ai mon mot à dire à l’instant où il l’avait su. Il ne restait plus qu’à croiser les doigts pour que celle à qui j’allais en parler ne se mette pas en tête de tous les éliminés, mais après avoir rencontré deux d’entre eux, j’avais bonne espoirs la concernant.


- J’espère que d’ici la fin de notre conversation tu auras pu ouvrir les yeux sur certaines choses. Cela pourrait te sauver la vie. Après tous on ne croyait pas en la magie et aux magiciens jusqu’à leur apparition.


Par qu’elle information allais-je commencer… J’avais vu la veille avec le Roi des vampires ce que je pouvais ou non lui raconter, mais il me restait à trouver comme l’amener de façon crédible pour qu’elle me croit. Je restais silencieuse un moment tentant de trouver la réponse à mes interrogation, puis quand j’eu décidé de la façon d’en parler, je me mis à entamer mon monologue sur ces créatures à la fois incroyable et dangereuse.


- Bon, je veux que tu gardes en tête nos légendes pendant que je te parle de ce que nous savons sur eux…


Silence théâtrale… Je restais ainsi silencieuse, la fixant du regard jusqu’à ce que je la sente mal à l’aise. Elle ne pouvait peut-être pas me voir, mais je savais par expérience que l’on ressentait très bien quand quelqu’un nous fixait de la sorte. Il fallait absolument qu’elle prenne conscience de l’importance de ce que je lui dirais et fasse toute les déductions qu’elle pourrait à partir de ces informations. Plus elle en devinerait, plus elle saurait s’en sortir avec eux. Je me mis à lui raconter de la même manière que père l'avait fait avec Alex qui l'avait reproduit avec moi.


- Tous comme nous, ces créatures sont originaires de la Terre. Elles y vivent des millénaires, mais personne ne sait depuis quand elles sont là, ni où et comment elles sont apparues. Mais un jour elles apparurent.


L’origine des vampires, père en avait parlé, mais il ignorait ce que je savais. Hors j’avais bien l’intention d’emporter certains de mes secrets jusque dans la tombe. J’étais fidèle aux hommes et avais espoirs qu’un jour nous puissions vivre ensemble, mais certaine information était inutile à ébruiter pour que cela se fasse. Ces informations étant liées à quelqu’un à qui, malgré mes tentatives pour que ce ne soit pas le cas, je tenais et ne trahirais du même coup jamais. Il y avait pourtant des chances que pour lui il ne s’agisse que d’un moyen pour me garder museler… Ils étaient doués en manipulation les bougres.


- En leur personne, les humains ont découvert un rival et prédateur. Les Hommes arrivés en haut de la chaîne alimentaire se retrouvaient rétrograder un échelon en dessous, rejoignant de nouveaux la liste des proies. Intelligentes, envoûtantes, ces créatures apprirent vite à se mêler à nous malgré nos avancer technologique. Les hommes connaissant leur existence se regroupèrent et commencèrent à les traquer pour nous protéger. Celles qui furent les plus impulsives et agressives devinrent des proies de choix pour ces chasseurs. Les plus sages et patients, étaient là pour contrer ces protecteurs des Hommes, utilisant leurs pouvoirs avec subtilité pour nous faire tomber dans leurs filets. L’une des choses les plus importantes à savoir sur eux et que l’odeur de sang est capable de transformer la plus sage de toutes ces créatures en bête sanguinaire si elle n’a pas eu l’occasion de se nourrir convenablement.


J’avais souvent utilisé cette faiblesse pour avoir les plus intelligents. Après plusieurs jours de traque sans leur laisser le temps de se nourrir, je déposais quelque goutte de sang à droite à gauche pour les mener là où je le désirais pour leur tomber dessus sans qu’il ne puisse rien faire, profitant de leur soif aveuglante. Le problème étant que s’il on ne savait pas exactement ce que l’on faisait, ils pouvaient remonter notre trace et le maître du jeu changeait. Ces chasses étaient de véritables parties d’échecs grandeur nature.


- Le jour où tu croise l’une de ces créatures à l’essence aussi froide que la mort avec des yeux changé en deux rubis envoutant perdu au milieu de la nuit, la seule chose que tu peux espérer est que ta bonne étoile t’ais entendue. Par ce qu’il est rare de leur échapper quand il décide de ton sort. Ces êtres sont hématophages, nocturnes et possèdent des capacités physiques que tous soldats délites leurs envies.


Voilà, elle savait tous ce que ceux en charge du dossier ‘’Night’’ connaissait. La seule chose qui lui manquait était l’expérience du terrain et de la traque, mais ça même nous devions apprendre sur le tas. Notre entraînement physique se différentiait pas des autres soldats délites qui étaient envoyé sur Maho. Le problème de cette mission était peut être bien cela. Aucuns soldats entrainés à l’espionnage ne pouvaient être envoyés ici, car il fallait des compétences de combat et autres capacités bien plus importante qu’ils ne pouvaient en avoir. On se retrouvait donc tous livré à nous même à devoir apprendre à s’adapter à notre nouvel environnement.


- As-tu deviné de quelle créature sortie de nos légendes on a à faire ?











Revenir en haut Aller en bas
http://mysteres-du-monde.lebonforum.com/
Anasora Kamikaze

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 04/07/2012
Age : 18
Localisation : Regarde bien ...

Feuille de personnage
Arme(s): Un IS et deux lames tranchantes que je porte toujours sur moi
Pouvoir(s): Nop
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Mer 10 Oct - 17:49

J’allais enfin savoir si je pouvais en connaitre davantage sur ces créatures à la présence si glaciale. Je n’avais rien appris sur son espèce par le premier, mais par le second, j’en avais su un petit peu plus : ils étaient capables de lires dans nos pensées, et à en constater par son assurance et sa vitesse dont il avait fait preuve, la force était certainement au rendez-vous aussi. À côté, je devais me sentir vulnérable. C’était déjà un bon début. Mais, si Anna-Lou pouvait compléter ne serait-ce qu’un petit peu la définition sur ces espèces, je serais satisfaite.

"-Une première question pour commencer. Crois-tu aux mythes et légendes ?"

C’était une bonne question que je ne m’étais jamais posée jusque-là. Je croyais aux magiciens qui indirectement, venaient tous droit de nos légendes humaines. Alors, pourquoi serait-il impossible pour que d’autres créatures surnaturelles existent dans notre monde ? Après tout, "Vladimir Alexanderson" et Gabriel était tout sauf humains ou de simples magiciens. À moins qu’il existe une catégorie de magiciens surpuissants possédant plus d’un pouvoir et qui malgré eux, avait une présence aussi glaciale que la mort en elle-même. Je n’y croyais pas trop.

"- J’espère que d’ici la fin de notre conversation tu auras pu ouvrir les yeux sur certaines choses. Cela pourrait te sauver la vie. Après tous on ne croyait pas en la magie et aux magiciens jusqu’à leur apparition."

Si cela pouvait me sauver la vie, alors… Je ne comptais pas tirer de conclusions hâtives lorsqu’elle se déciderait à me révéler leurs natures. Réfléchir calmement était la solution. Et puis, depuis ma naissance, j’en avais vu des vertes et des pas mûrs, alors une surprise de plus ne changerait pas grand-chose. Un long silence s’ensuivit par son discours. Elle devait certainement réfléchir à la façon dont elle pouvait bien me décrire ces créatures si mystérieuses. Je la comprenais. Il devait y avoir pas mal de chose à dire sur eux.

"- Bon, je veux que tu gardes en tête nos légendes pendant que je te parle de ce que nous savons sur eux…"


Aussitôt dit, aussitôt fait : je m’imaginais chaque légende dans mon esprit qui pouvait avoir un rapport. Elles étaient toutes farfelues et s’éloignaient dangereusement de la réalité, mais, après tout tous étaient possible en ce monde. Il n’y a même pas un siècle, seuls les humains existaient pour eux. Et les animaux. Ils étaient les maitres du monde, en quelque sorte. Du moins, ils y croyaient encore. Mais ce n’était qu’un doux rêve. Les magiciens étaient bien plus forts que nous, avant que les humains augmentent leurs technologie au plus haut point jamais atteints. Cette fois-ci, le silence fut plus pesant. Il n’était certainement pas là parce qu’Anna-Lou réfléchissait. Non, je sentais son regard me toisait, comme si elle essayait de me faire comprendre quelles importances représentaient ce qu’elle allait me révéler par la suite. Elle voulait me le faire comprendre. Et je ne l’avais que trop compris. Avec une vie comme la mienne, on ne prenait plus rien à la légère. Finalement, alors qu’un mal aise m’envahissait, elle se mit à raconter l’ensemble de leur nature :

"- Tous comme nous, ces créatures sont originaires de la Terre. Elles y vivent des millénaires, mais personne ne sait depuis quand elles sont là, ni où et comment elles sont apparues. Mais un jour elles apparurent.
« En leur personne, les humains ont découvert un rival et prédateur. Les Hommes arrivés en haut de la chaîne alimentaire se retrouvaient rétrograder un échelon en dessous, rejoignant de nouveaux la liste des proies. Intelligentes, envoûtantes, ces créatures apprirent vite à se mêler à nous malgré nos avancer technologique. Les hommes connaissant leur existence se regroupèrent et commencèrent à les traquer pour nous protéger. Celles qui furent les plus impulsives et agressives devinrent des proies de choix pour ces chasseurs. Les plus sages et patients, étaient là pour contrer ces protecteurs des Hommes, utilisant leurs pouvoirs avec subtilité pour nous faire tomber dans leurs filets. L’une des choses les plus importantes à savoir sur eux et que l’odeur de sang est capable de transformer la plus sage de toutes ces créatures en bête sanguinaire si elle n’a pas eu l’occasion de se nourrir convenablement."


J’étais captivé par ce qu’elle me comptait. Plus j’en apprenais et plus les noms de ces créatures apparaissaient dans mon esprit. Si je récapitulais, nous étions donc des proies, comme je l’avais plus ou moins devinait grâce à Gabriel. Des créatures envoûtantes et particulièrement intelligentes… c’était le portait même de "Vladimir" et Gabriel. Possédant des pouvoirs… celui de lire dans les pensées peut être? Bête sanguinaire attirée par le sang… J’avais leurs identités sur le bout de la langue. Je déroulais dans mon esprit chaque créature des légendes et mythes. J’avais souvent remarqué que lorsqu’on voulait savoir quelque chose au plus haut point, la vérité restait caché dans sa tanière comme pour vous narguer.

"- Le jour où tu croise l’une de ces créatures à l’essence aussi froide que la mort avec des yeux changé en deux rubis envoutant perdu au milieu de la nuit, la seule chose que tu peux espérer est que ta bonne étoile t’ais entendue. Par ce qu’il est rare de leur échapper quand il décide de ton sort. Ces êtres sont hématophages, nocturnes et possèdent des capacités physiques que tous soldats délites leurs envies."

Des vampires. Tels étaient leurs noms. Grâce aux détails qu'elle avait ajoutés, la vérité avait finit par renoncer à se cacher plus longtemps. Je savais que je ne me trompais pas. Tous correspondaient. L’esprit en ébullition, je ne savais que penser. Rien n’était très concret dans ma tête pour le moment. Ce n’était pas tous les jours qu’on apprenait que des créatures se nourrissant de ton sang existaient. Et ce n’était pas tous les jours qu’on en rencontrait. Pas une seule seconde, l’idée que la réponse soit celle-ci ne m’avait effleuré l’esprit. Ou du moins, lorsque je faisais défiler les noms des créatures mythologies dans ma tête, je ne m’étais pas attardée sur celle-ci. C’était invraisemblable. L’idée de faire partie du repas de qui conque me répugnait. J’espérais finir mes jours, sur un champ de bataille et non vidée de mon sang. Enfin, apparemment, j’avais eu de la chance jusqu’à maintenant. "Vladimir" semblait avoir voulu cacher sa véritable nature, et Gabriel m’avait assuré ne pas me vouloir du mal. Ils étaient tous les deux de très vieux vampires, certainement. Sincèrement, je ne parvenais pas à me faire une image de ces créatures buvant le sang d’humains. Je n’avais jamais vu en détail leurs légendes. J’étais occupée à d’autres choses.

"- As-tu deviné de quelle créature sortie de nos légendes on a à faire ?"

Oui, j’étais certaine de ce que je pensais. Tous coordonnées. Apparemment, je m’étais fait plus vite à cette idée que je ne l’aurais cru, étant donné que je recouvris rapidement mes esprits. Mais, une question demeurerait toujours. Dans quels camps étaient t-ils ? Gabriel m’avait assuré qu’il était neutre, alors ce devait être de même pour le reste. Mais, je savais qu’avec l’avis d’Anna-Lou, je me déciderais. Après tout, je lui avais accordé ma confiance et elle la sienne en me racontant un secret hiérarchique. Enfin, il semblait l’être.

"-Des vampires."

Si ces créatures tous droits sortis de nos légendes, en était-il de même pour d’autres ? Magicien, vampire… cela commençait à faire pas mal. Qu’il y en est d’autres ne m’aurait pas étonné. Je posais la question qui me brulait les lèvres juste après avoir donné mon hypothèse :

"-J’aimerais savoir, si je dois les considérais comme des ennemis ou non, si l'on enlève le fait qu'il faut tout de même évitait de les approcher ? Si tu les considères comme des ennemis."


Revenir en haut Aller en bas
Anna-Lou Lyloubella

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 24/03/2012
Age : 27
Localisation : Derrière mon PC

Feuille de personnage
Arme(s): une I.S: Symphonia Rock et deux dagues
Pouvoir(s): Aucun
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Ven 12 Oct - 17:14









J’étais ravie de la tournure des choses et même bien plus que je ne l’aurais jamais envisagé. Durant toute la conversation, elle était resté à l’écoute, ouverte comme je lui avais demandé alors que ce que je lui racontais semblait tout droit sortie d’un livre. Je l’avais vue réfléchir et envisager toutes les possibilités. Le chemin qu’avait pris son esprit m’avait semblé aussi clair que de l’eau de roche. J’avais l’impression qu’elle me faisait confiance, en tout cas suffisamment pour ne pas me cacher le langage de son corps.

Elle ne semblait pas effrayée par ce que je lui disais, peut-être un brin embêter de l’existence de ces créatures surpuissante. Il devait aussi être difficile à se faire à l’idée que l’on était tout aussi bien de la nourriture pour eux que les vache, poulet et autre animaux l’était pour nous. Il y avait tout de même des subtilités dans cela, mais il s’agissait d’autre chose. Le jour où elle viendrait à vouloir en débattre, je ne serais probablement par contre.

Quand le mot que j’attendais était sorti, un sourire satisfait s’installa sur mon visage, toute ravie de l’espionne qui se trouvait avec moi. Ok, notre première rencontre avait laissé à désirer, mais elle semblait avoir bien murit depuis ce jour. Je ne savais pas qu’elle rencontre ou nouvelle elle avait eu, mais cela avait été des plus bénéfique. Elle semblait parfaitement capable de se débrouiller et en cas de besoin, elle comprendrait rapidement. Finalement, celui qui l’avait envoyé ici n’était pas si stupide s’il s’était douté qu’elle s’adapterait aussi vite.

Elle semblait se poser de nombreuses questions. Il faut avouer que lorsque ce genre de chose nous est révélé, il est normal que cela se produise. Je ne savais pas si d’autres créatures de ce genre existaient. Pour ma part, j’avais déjà bien assez à faire avec mes vampires, mais je ne réfutais pas leur existence par ce qu’elle semblait improbable. C’était une des choses qui me différenciait de certains scientifiques qui semblaient avoir oublié l’une de nos règles premières : il est impossible de prouver que quelque chose n’existe pas car nous n’avons rien qui nous démontre que tel en est le cas. Elle me posa en suite l’une des questions qui lui trottait en tête et qu’elle bonne et compliqué question qu’elle avait eue. Cela prouvait cependant qu’elle était bien loin d’être stupide.


- J’aimerais savoir, si je dois les considérais comme des ennemis ou non, si l'on enlève le fait qu'il faut tout de même évitait de les approcher ? Si tu les considères comme des ennemis.


Doit-on les considérer comme des ennemis… Normalement oui. L’armée les mettait dans le même panier que les magiciens car elle se bornait à les voir comme un danger. C’était le cas pour un bon nombre, même tous si on ne savait pas y faire, mais si on apprenait à voir un peu plus loin que des créatures capables de nous tuer en un battement de cils, on pouvait apprendre beaucoup d’elles. Je ne savais vraiment pas quoi lui répondre. En tant que militaire, je me devais de lui sortir tout ce que l’on m’avait dit et appris. Vampire rime avec danger. Le truc était que en un, je faisais partie de l’armée pour venir ici et avoir une formation rapide et suffisante pour faire ce que je souhaitais. De plus, j’avais toujours eu une autre idée des vampires que celle que l’on voulait absolument me mettre dans le crâne chez les brutes et pour arranger les choses, je n’étais plus sur Terre. Je pouvais donc faire pas mal de chose sans qu’ils en soient informés.

La fin de sa phrase me fit tiquer un peu. Il se pouvait qu’avec ma façon de lui en parler, elle ait deviné l’intérêt que je leur portais. Cependant, en répondant comme je me le devais en tant que soldat, elle n’aurait aucune raison de penser autre chose que le fait que j’ai eue envie de rendre une explication longue un peu plus intéressante. J’avais tout de même envie de lui dire ce que je pensais réellement d’eux. Elle semblait bien plus ouverte que la plus part des militaires. Contrairement à Anasora, les autres auraient attrapé un bazooka et seraient aller tirer sur le premier vampire identifié (façon de parler). Je fini par me décider sur ma réponse et la lui donna.


- Tu m’as demandé comment tu devais les considérer et la réponse est simple. Tu dois les voir comme des êtres capables de te tuer si l’envie leur en vient. Le jour où il leur en prend cette envie, tu ne peux plus vraiment faire grand-chose pour y échapper. C’est pourquoi tu dois tout faire pour être dans leurs petits papiers.


Bon, il fallait que je sois un peu plus convaincante. Pour le moment je ressemblais trop à un gros chat tournant autour d’un bassin plein de poissons, mais ne se décidant pas à plonger les attraper. Je finis par avoir une idée en tête pour lui montrer que mon opinion ne divergeait pas de celle de l’armée. Je laissais donc échapper l’existence de notre équipe responsable d’eux.


- Sur Terres, on aurait pu se contenter de les éliminer pour ne plus en entendre parler, comme le fait la section ‘’Night’’ dont j’ai fait partie. Ici les choses sont bien plus délicates. Nous sommes en terrain ennemi et le moindre faux pas nous coûtera très cher. Ces créatures sont douées de certains talents qui nous poussent à ne pas les énerver. Elles n’ont rien à voir dans la guerre entre humains et magiciens pour le moment et pour nous il vaut mieux que cela reste tel quel malgré le désir de certains de faire d’une pierre deux coup.


Je trouvais que j’avais été bien assez bavarde sur leur sujet. S’agissant d’un dossier dont l’accès était très limité, je pouvais m’arrêter là et dire que je devais éviter d’en dire trop. Elle avait pour le moment suffisamment d’information pour se débrouiller avec eux.


- Donc évite de les croiser, mais si cela vient à se produire reste calme et sur tes gardes, même le jour où tu penseras que tu n’as rien à craindre d’eux. Il ne faut pas grand-chose pour qu’une situation change du tout au tout. Si tu y parviens, tout devrait bien se passer.


Rare était les vampires assez anciens pour ne pas céder à ces première pulsions. Après cette petite conclusion, je décidais de passer à autre chose. Il était largement temps d’arrêter avec les secrets. Je me mis debout avec agilité sur ma poutre et commençais à la parcourir aussi à l’aise qu’un chat.


- Que dirais-tu d’essayer cette salle d’entraînement pendant que tu me raconte ce qui s’est passé pendant ces trois derniers jours ?


Revenu sur le bou de la poutre le plus proche d’Anasora, je me retournais et la parcouru cette fois en courant avant de finir par une roue et un saut-pèrieux pour atterrie sur un trampoline me permettant d’accéder un élément impossible à atteindre autrement que par l’échelle. Accroché au bord par les doigts, je me hissais facilement, signe que j’avais déjà eu le temps de bien m’entraîner ici et d’y être habitué. Il allait falloir que j’organise autrement la pièce pour continuer à progresser. Pour l’encourager, je commençais à lui parler de mes derniers jours.


- Pour ma part, il sait passer deus trois petites choses intéressantes. Je me suis rendu à un bal histoire de m’intégrer d’avantage. On ne fait jamais suffisamment partie du décor lorsque l’on est comme nous. Là-bas, j’y ai rencontré un magicien qui sera probablement très intéressant à surveiller. Il a l’air très important et jouer un rôle dans notre guerre. Depuis le temps que je suis là, on dirait que j’ai enfin une bonne piste de recherche. Il était suspicieux et je lui ai donc fait croire que j’avais un pouvoir pour le rendre plus confiant. Je ne peux pas te dire si cela a suffi pour qu’il ne se pose plus de question sur moi, mais je suis toujours en vie. J’ai enchainé hier avec une autre fête, mais rien d’aussi intéressant. J’ai eu cependant l’autorisation de t’informer de certaine chose donc on va dire que la journée n’était pas inutile. Et toi, quoi de beau ?


Avec tout cela, elle aurait de quoi faire. Du haut de mon élément mobile, je l'observais en m"étirant et m'assouplissant. Arriver jusque là avait peut-être été simple, mais je ne m'étais pas encore échauffé et les prochaines pirouette pourrait me faire un jolie claquage.




[ Désolé d'avance, certains passages ne sont pas très bien tournés ]




Revenir en haut Aller en bas
http://mysteres-du-monde.lebonforum.com/
Anasora Kamikaze

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 04/07/2012
Age : 18
Localisation : Regarde bien ...

Feuille de personnage
Arme(s): Un IS et deux lames tranchantes que je porte toujours sur moi
Pouvoir(s): Nop
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Lun 15 Oct - 19:14

Il est d'étrange de constater à quel point on est ignorant. Je croyais aux magiciens. Mais à rien d'autre. Je pensais tous savoir. Mais apparemment, j'avais tort. Jamais je n'avais soupçonné l'existence de vampires. Il y avait déjà bien trop à traiter parmi les magiciens. Mon père était-il au courant? Aucune idée, mais je n'avais pas l'intention de le lui demander. Après tout, il valait mieux éviter pour moi de trop m'attirer d'ennuis avec les vampires. Je comptais finir dans une tombe, lorsque quelques rides auront éclos sur mon visage, pour le moment, aussi lisse qu'une pétale de Rose. Si mon père n'était pas au courant, je le voyais déjà adopter une autre fille et la former pour devenir une chasseuse de vampires. Ou bien, pour une fois dans sa vie, il essaierait de se débrouiller seul sans l'intermédiaire d'un pantin censé n'avoir aucune émotion. Ce serait une grande première si cela lui arrivait! Tout ce qu'il savait faire, c'était dirigé dans l'ombre les ficelles de ses pantins, et partir lorsque le danger arrivait. Un lâche, donc. J’espérais qu'Anna-Lou n'allait pas me dire qu'ils étaient nos ennemis. Ou bien ceux des humains. J'avais tous, sauf envie de combattre des démons assoiffés de sang. J'avais déjà bien assez à faire avec les magiciens.

- Tu m’as demandé comment tu devais les considérer et la réponse est simple. Tu dois les voir comme des êtres capables de te tuer si l’envie leur en vient. Le jour où il leur en prend cette envie, tu ne peux plus vraiment faire grand-chose pour y échapper. C’est pourquoi tu dois tout faire pour être dans leurs petits papiers.



Bon conseil. Que j'essaierais de suivre à la lettre. Mais, j'ai toujours considéré que n'importe qui pouvait me tuer si l'envie leur prenait. Ce pour quoi je me méfie de tout le monde, sans exception avec un immense point d'exclamation sur mon père. Étrange de considérer son propre père comme la personne la plus dangereuse. En même temps, je le connais. Je sais ce qu'il sait faire. Pour le moment, Anna-Lou tournait autour de la réponse. Elle ne tarda pas à la compléter.

- Sur Terres, on aurait pu se contenter de les éliminer pour ne plus en entendre parler, comme le fait la section ‘’Night’’ dont j’ai fait partie. Ici les choses sont bien plus délicates. Nous sommes en terrain ennemi et le moindre faux pas nous coûtera très cher. Ces créatures sont douées de certains talents qui nous poussent à ne pas les énerver. Elles n’ont rien à voir dans la guerre entre humains et magiciens pour le moment et pour nous il vaut mieux que cela reste tel quel malgré le désir de certains de faire d’une pierre deux coup.


Donc, il y avait une section les concernant. Selon Ayame, mon père n'avait jamais fait partie d'une telle chose. Enfin, peut-être que ces informations étaient tous simplement périmés. Dans tous les cas, ce que je devais retenir restait la même que je sache ou non qui ils sont: éviter de les approcher pour éviter de les énerver et donc pour éviter de finir dans une tombe creusait rapidement, sans aucune goutte de sang dans mon être. Aussi simple que cela. J'étais ravie qu'il ne soit pas les ennemis des humains. Cela aurait été désavantageux. Gabriel n'avait donc pas que menti. Il m'avait révélé un bon nombre de choses complété par Anna-Lou. Je ne pouvais espérer mieux. Je compris que le sujet était clos lorsque Anna-Lou ajouta:

- Donc évite de les croiser, mais si cela vient à se produire reste calme et sur tes gardes, même le jour où tu penseras que tu n’as rien à craindre d’eux. Il ne faut pas grand-chose pour qu’une situation change du tout au tout. Si tu y parviens, tout devrait bien se passer.


C'était une rapide conclusion de ce qu'elle venait de m'apprendre. Ne pas les approcher et si cela arrivait, ne pas les mettre dans le collimateur. Plus facile à dire qu'à faire, néanmoins. Je n'avais jamais été très doué pour suivre les conseils. Je parvenais toujours à m'en sortir, mais avec des buveurs de sang, il valait mieux que je change ces mauvaises habitudes. Et rapidement, avant que je n'en rencontre un de nouveau. Avec la chance que j'avais, cela ne pourrait être que dans peu de temps. Après tout, j'en avais rencontré deux en l'espace d'un mois. Et un, rencontré à mon arrivée. Elle se leva avec agilité et se mit à la parcourir aussi à l'aise qu'un chat. Elle me proposa pour me prouver qu'il fallait passer à autre chose d'essayer la salle d'entrainement tous en parlant des trois derniers jours. Arrivée au bout de la poutre, elle se retourna et prit de l'élan en courant sur la poutre avant de finir par un saut-pèrieux pour atterrir sur un trampoline. Ce saut était digne des gymnastes les plus performants. Accrochée au bord par les doigts, elle se hissa à l'échelle facilement, signe qu'elle avait déjà eu le temps de bien s’entraîner ici et de s'y habituer. Après l'avoir admiré, je décidais qu'il était mon tour de montrer mes talents. Avec la rapidité d'un guépard, je courus avec grâce jusqu'à une barre imposante. Je sautais par-dessus en un bond agile, et me réceptionnais non sur mes pieds, mais avec mes mains. Cela suivit de quelques galipettes jusqu'à ce que mes mains agrippent deux anneaux en hauteur. Mes muscles se bandèrent lorsque je les utilisais pour tourner autour des anneaux avec grâce. Je finis par m'arrêter, la tête vers le bas les jambes en l'air. Seules mes mains portaient mon corps.

- Pour ma part, il sait passer deus trois petites choses intéressantes. Je me suis rendu à un bal histoire de m’intégrer d’avantage. On ne fait jamais suffisamment partie du décor lorsque l’on est comme nous. Là-bas, j’y ai rencontré un magicien qui sera probablement très intéressant à surveiller. Il a l’air très important et jouer un rôle dans notre guerre. Depuis le temps que je suis là, on dirait que j’ai enfin une bonne piste de recherche. Il était suspicieux et je lui ai donc fait croire que j’avais un pouvoir pour le rendre plus confiant. Je ne peux pas te dire si cela a suffi pour qu’il ne se pose plus de question sur moi, mais je suis toujours en vie. J’ai enchainé hier avec une autre fête, mais rien d’aussi intéressant. J’ai eu cependant l’autorisation de t’informer de certaine chose donc on va dire que la journée n’était pas inutile. Et toi, quoi de beau ?


Elle avait toujours des journées mouvementées. À côté, je n'avais pas fait grand-chose. Mais, j'estimais pouvoir lui parler de ma rencontre avec Gabriel. Si elle n'était pas déjà au courant. J'avais eu le temps de m'échauffer à l'allée, au contraire d'Anna-Lou qui s'échauffait à l'instant même. Cela faisait du bien, de s'entrainer comme au bon vieux temps. C'était une habitude. Chaque matin, sur Terre, vers 5 h, je portais mon corps encore ensommeillé jusqu'à la salle d'entrainement où je passais des heures à enchainer des figures complexes. De plus, comme il se trouvait que j'étais aveugle, c'était une sensation fantastique de se sentir "volé" dans les airs à chaque figure. C'était juste intense.

"- Franchement, pas grand-chose. J'ai faits la rencontre d'un vampire dans la forêt derrière les montagnes, où je m'étais rendu pour changer d'air. Il s’appelle Gabriel et si mon capteur et lui-même ne m'a pas trompé, il s'agit d'un sang-froid. Apparemment, il avait l'air de te connaitre..."


Revenir en haut Aller en bas
Anna-Lou Lyloubella

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 24/03/2012
Age : 27
Localisation : Derrière mon PC

Feuille de personnage
Arme(s): une I.S: Symphonia Rock et deux dagues
Pouvoir(s): Aucun
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Mar 16 Oct - 11:45










Suite à sa question, je m’étais contenté de conseil les concernant. Cela répondrait plus ou moins à ces questions et l’aiderait à faire face, si elle venait à en recroiser de nouveau. J’y ajoutais une petite information qui avait tout de même son importance tout en espérant qu’elle ne s’amuserait pas à en parler à ces supérieurs au risque que la section ‘’Night’’ ne m’arrache la langue et encore se serait bien m’en tirer. Je les voyais plus éliminer ceux qui l’auraient appris et m’enfermer dans un labo à vie pour étudier les vampires. Dans ces conditions, j’aurais beaucoup de mal à faire ce que je faisais en ce temps. Oui, je sais. Je n’ai pas la même vision des priorités que les autres. Pour terminer, je fis une rapide conclusion. Je n’avais pas vraiment envie de parler plus d’eux. Comme je l’avais supposé plus tôt, l’idée que je cherchais à garder tout cela pour moi aillant un rapport avec mon père me traversa l’esprit. Cela pouvait expliquer aussi pourquoi j’avais aussi mal pris le fait que l’armée découvre que je connaissais l’existence des vampires.

Je me mis à faire quelques exercices avec une facilité déconcertante me faisant réfléchir à un nouvel aménagement de la salle. Arrivé au point le plus haut de la pièce, j’observais Anasora évoluer tout en lui racontant mes journées. Elle était vraiment agile et forte. Tout comme moi, son corps avait été sculpté pour le combat. Deux armes intelligentes prête à se déployer pour mettre un terme à cette guerre. Quand j’eu fini de lui faire mon rapport, je lui demandais ce qu’il en était pour elle. J’étais très curieuse de découvrir ce qui avait bien pu lui arriver. Mes journées non ordinaire commençant à me lasser, même si tous espions vivant sur Maho avait très peu de chance d’en vivre réellement une. Nous étions toujours à l’affut du moindre bruit, regard, en train de les décrypter pour savoir si tout allait bien ou si nous devions nous préparer au pire.

Elle sembla réfléchir un instant à ma question. Je venais de lui raconter mes deux dernières journées, journée qui était plutôt remplie. C’était l’avantage quand on vivait dans les hautes sphères de la société. Il y avait toujours quelqu’un près à faire la fête, mais surtout à la faire d’une façon qui faisait envie à tous ceux n’aillant pas les moyens de la faire ainsi. Nous allions passer des journées en haute mer sur des bateaux, allions dans les meilleurs coins de la ville, restaurants dernière chic, boite avec salle VIP et j’en passe et des meilleur. Ce n’est pas pour autant que je faisais la fête tous les jours. Il m’arrivait souvent de rester à l’appartement le soir pour parler avec mes colocataires ou d’aller au labo pour y travailler que cela soit intellectuellement ou physiquement. Il fallait bien entretenir ce corps qui m’avait si bien sauvé la mise jusqu’à maintenant. Je ne savais pas ce qu’elle faisait exactement de ces journées, mais j’allais éviter un jour de me plaindre de ma monotonie devant elle. Même si ce que je faisais dans la journée suivait généralement un schéma habituel, je ne restais jamais à ne rien faire sauf quand je cherchais un peu de calme. Chose plutôt compliqué quand vous viviez avec un vampire et une civile avec des pouvoirs. Je n’avais pas la vie la plus habituelle qu’il puisse être. Ça, je ne pouvais que le reconnaître, mais il m’arrivait pourtant certaine fois de tomber dans la morosité. Je cherchais alors à m’occuper d’avantage. Probablement la raison d’une telle occupation de mon temps.


- Franchement, pas grand-chose. J'ai faits la rencontre d'un vampire dans la forêt derrière les montagnes, où je m'étais rendu pour changer d'air. Il s’appelle Gabriel et si mon capteur et lui-même ne m'a pas trompé, il s'agit d'un sang-froid. Apparemment, il avait l'air de te connaitre...


En entendant son nom, je restais un moment bouche bée. Que pouvez bien-t-il faire ici. Il m’avait toujours semblé vouloir rester au calme. La seule raison qui l’avait poussé à intervenir sur Terre et que nous nous soyons rencontré était qu’il se sentait responsable de ces vampires que je pourchassais. Maintenant je savais pour quelle raison, mais le retrouver sur Maho… Bon il pouvait s’agir d’un autre Gabriel après tout. Non… Elle venait de dire qu’il semblait me connaître et moi je ne connaissais que ce Gabriel. Mais que venait faire mon vampire au calme Olympia ici ?


- Ça dépend... Il s’agit d’un bel Italien aux cheveux de feu qui sait se montrer des plus courtois et aime les choses simple de la vie ? Si c’est le cas, oui. Je le connais un peu. Je me demande ce qu’il vient faire ici… Il n’est quand même pas venu pour… Bon, je verrais cela plus tard. Tu as dit qu’il vivait dans la forêt derrière les montagnes ? Si cela te dit, nous irons lui rendre une petite visite un de ces quatre. Où tu me donneras la localisation.


Bon sang, j’avais failli lâcher une information sur Stinson et celle-ci, ce n’était pas à moi de la donner. J’avais failli exploser de rire après mettre remise de la surprise. Heureusement pour moi que nous étions dans mon laboratoire par ce que j’aurai eu un mal de chien à cacher mon étonnement à l’extérieur. Anasora semblait s’amuser autant que moi dans la salle d’entrainement. Je l’avais d’abord installé en pensant à un endroit pour me défouler à l’abri des regards des magiciens, mais puisse qu’elle allait avoir facilement accès au locaux… Je lui proposais la même chose qu’à la dernière espionne vue ici. La raison étant tout de même bien différente.


- Si tu as envie de venir t’entraîner tranquillement, tu peux venir ici quand tu le veux. Ah et si tu veux t’entraîner avec Ayame, tu n’as qu’à demander à Symphonia. Dit lui ce que tu veux et elle t’installera le tout. Il y a des cibles mouvante ou fixe, des obstacles, enfin bref. Tout ce qui te passe dans la tête devrait être installable. J’ai même un robot d’entrainement, mais pour moi, il n’est plus vraiment à la hauteur… Il faudrait que je lui installe un programme évolutif… Je verrais ça quand j’aurais un peu de temps. Si tu as des idées, tu n’auras qu’à me les dire ou à Symphonia. Elle surveille en permanence les locaux donc pas la peine de s’inquiété d’être déranger par qui que ce soit par surprise. Tu seras même avertit quand j’arriverais. Tu peux demander à avoir un écran de contrôle si tu le souhaite. Il s’affichera en hologramme là où tu le désire.


Bon sinon, il ne fallait pas oublier de relever tout ce qu’elle m’avait dit. A la fin de sa phrase, elle avait ajouté que Gabriel était un sang-froid. Cela faisait longtemps que je n’y avais plus fait attention tellement j’y étais habituée. Les vampires, ces êtres qui trompaient la mort n’avaient effectivement aucune chaleur corporelle propre. Exactement comparable à un cadavre, ou un peu moins répugnant pour quelqu’un de sensible, qu’un morceau de métal. Leur corps avait une température ambiante. Comme elle ne me posait pas de question la dessus, je n’y prêtai pas plus d’importance. Ce n’était pas comme si cela était d’une très grande importance pour moi. Peut-être pour elle… Si cela l’était, elle me poserait elle-même ces questions. Elle était loin d’être stupide. Une des raisons qui me la rendait sympathique.

Une fois mes étirement terminés, j’entrepris de faire le parcourt en entier et lorsque j’atteins les éléments où Anasora avait été plutôt impressionnante, je m’amusais à l’imiter pour voir ce qu’elle aurait à répondre à cela. J’avais peut-être trouvé une partenaire d’entrainement qui me pousserait à m’améliorer et rendrait le tout amusant. Tout en continuant de m’entraîner, j’entretenais notre discussion. Je ne savais pas si elle pourrait continuer à s’entraîner longtemps en me parlant en même temps, mais moi cela me permettait de rendre un peu plus intéressant les exercices puisse que j’avais ajouté ainsi la gestion du souffle. Chose qui pouvait faire toute la différence pendant du sport.


- Qu’à tu pensées de lui ? Pour ma part, j’ai été plutôt étonné par lui la première fois que je l’ai rencontré. En même temps, s’était la première fois que je rencontrais un vampire capable de se contrôler à ce point.










Revenir en haut Aller en bas
http://mysteres-du-monde.lebonforum.com/
Anasora Kamikaze

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 04/07/2012
Age : 18
Localisation : Regarde bien ...

Feuille de personnage
Arme(s): Un IS et deux lames tranchantes que je porte toujours sur moi
Pouvoir(s): Nop
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Ven 19 Oct - 19:07

Toujours le corps dans les airs soutenus par mes mains agrippant fermement la rambarde, j'observais la réaction d'Anna-Lou par l'intermédiaire de mon capteur. Elle semblait pour le moins bouche bée. J'entendais presque le flot de questions qui devaient se déverser dans sa tête. Même si je ne connaissais pas la relation entre elle et Gabriel. Lorsque ce dernier avait mentionné son nom, il y avait à mon souvenir un ton de familiarité dans sa voix . Signe qu'il l'avait déjà prononcé bon nombre de fois. Enfin, ce n’était qu'une hypothèse fondée sur mes sens extrêmement développés depuis ma perte de vue. J'avais travaillé mes sens depuis que j'étais sur la Maho lorsque l'ennui était mon seul compagnon Il était particulièrement facile de deviner ce qui se tramait dans la tête de certains, alors que chez d'autres, c'était presque impossible. Je lisais en Anastasia comme dans un livre ouvert, mais un peu moins facilement avec Seth qui a tendance à ne rien laisser transparaitre. La réponse d'Anna-Lou n'allait pas tarder. Elle se remettait peu à peu à recouvrer ses esprits. Le temps que les mots franchissent ses lèvres, je tournais autour de la barre à l'aide de mes bras qui ne flanchèrent pas à un seul instant. Après plusieurs tours, je m'arrêtais dans la même position qu'un peu plus tôt.

- Ça dépend... Il s’agit d’un bel Italien aux cheveux de feu qui sait se montrer des plus courtois et aime les choses simple de la vie ? Si c’est le cas, oui. Je le connais un peu. Je me demande ce qu’il vient faire ici… Il n’est quand même pas venu pour… Bon, je verrais cela plus tard. Tu as dit qu’il vivait dans la forêt derrière les montagnes ? Si cela te dit, nous irons lui rendre une petite visite un de ces quatre. Où tu me donneras la localisation.
J'étudiais de nouveau son visage au fil des paroles qu'elle déversait. Elle avait failli lâcher une information qui ne me concernait pas. Elle avait laissé sa phrase en suspens alors qu'elle s'apprêtait à dire pourquoi il aurait pu venir sur la Maho. Dommage qu'elle s'en soit rendu compte. Enfin, je ne vois pas en quoi cette information m'aurait été nécessaire. J'en savais bien assez à mon goût. J'avais tous sauf envie de me retrouver avec des secrets d'État ou autres. J'en avais déjà uns sur le dos. Mais bon, celui-là, je l'avais bien cherché. Et au moins, je savais à qui j'avais à faire. C’est particulièrement désagréable de ne pas savoir à qui tu t'adresses. Tu te demandes des centaines de fois s'il peut et veut te faire du mal, s'il est plus puissant que toi. En somme, de quoi il est capable. Et ne pas parvenir à des réponses est horripilant. Du moins c'est ce que je ressentais avec Gabriel. Sauf lorsque j'observais les animaux dans la forêt. J'étais totalement absorbé par les paroles de Gabriel décrivant cette scène fabuleuse.

"- Si mes souvenirs sont exacts, je crois que l'on parle de la même personne. En tout cas, je serais ravie de t'accompagner lui rendre visite si tu le souhaites."
Je rêvais de pouvoir revoir ces montagnes que j'avais traversées en courant, sans m'arrêter une seule fois. De me sentir enfin dans mon élément qui était vraisemblablement la nature. La forêt qui défilait devant mes yeux, les animaux s’enfuyant lorsque le son de mon coeur, de ma respiration parvenait à leurs oreilles. Le soleil jouant parmi les branches des sapins. Je n'étais à l'aise quand cet endroit. Avec un soupir discret, je repris mes pirouettes autour de la barre. Mes bras étaient toujours aussi fort. Voir même plus. Je ne ressentais aucunement le besoin de les reposer. C'était étrange, surtout lorsqu'en apparence, il semblait si fin et fragile. Cette salle d'entrainement était parfaite!

"- Si tu as envie de venir t’entraîner tranquillement, tu peux venir ici quand tu le veux. Ah et si tu veux t’entraîner avec Ayame, tu n’as qu’à demander à Symphonia. Dit lui ce que tu veux et elle t’installera le tout. Il y a des cibles mouvante ou fixe, des obstacles, enfin bref. Tout ce qui te passe dans la tête devrait être installable. J’ai même un robot d’entrainement, mais pour moi, il n’est plus vraiment à la hauteur… Il faudrait que je lui installe un programme évolutif… Je verrais ça quand j’aurais un peu de temps. Si tu as des idées, tu n’auras qu’à me les dire ou à Symphonia. Elle surveille en permanence les locaux donc pas la peine de s’inquiété d’être déranger par qui que ce soit par surprise. Tu seras même avertit quand j’arriverais. Tu peux demander à avoir un écran de contrôle si tu le souhaite. Il s’affichera en hologramme là où tu le désire. "
Je lui lançai un somptueux sourire. C'était réellement formidable ce qu'elle me proposait! Il était plutôt difficile d'entretenir un entrainement quotidien dans mon petit appartement qui risquait d'être bientôt encombrait d'un colocataire. À moins que ce dernier ait abandonné l'idée d'emménager. Je n'en avais aucune idée. Anna-Lou avait vraiment fait des miracles en quelques mois seulement. Cette boutique, et ces sous-sols étaient parfaits. Personne ne risquait de les découvrir. On aurait pu se croire sur la Terre si une petite voix dans ma tête ne me rappelait pas sans cesse que je me trouvais en plein territoire ennemi. Je tournais de nouveau autour de la barre pour prendre de l'élan suivit d'un saut parfait. Je me réceptionnais sur mes pieds, comme prévu, ravie d'être toujours agile. Tous comme Anne-Lou, je m'étirais rapidement. Je voulais tous sauf me blesser. Il pouvait survenir n'importe quoi dans les jours avenirs, et si je n'étais même pas capable de courir un mètre à cause d'une blessure, j'étais définitivement enterré.

"-Merci pour ta proposition. Je te dois une fière chandelle avec tous les services que tu m'as rendus!"

Je lui lançais un sourire, puis me lançai dans un nouveau parcours. Quelques roulades sur de fins tapis, suivit de nombreuses figures. La moitié de moi-même était occupé à suivre mes mouvements et l'autre écoutée ce que me disait Anna-Lou.

"- Qu’à tu pensées de lui ? Pour ma part, j’ai été plutôt étonné par lui la première fois que je l’ai rencontré. En même temps, s’était la première fois que je rencontrais un vampire capable de se contrôler à ce point."

Il est vrai qu'il n'avait pas montré une seule fois qu'il désirait mon sang. C'est encore s'il y pensait. Pas une seule fois je ne l'avais vu sur le point de succomber ou bien même de penser à me faire du mal. J'étais pourtant assuré du contraire, même si je ne savais pas encore de quoi il était capable. J'avais été particulièrement déstabilisée lorsqu'il m'avait avouée lire dans mes pensées. Il connaissait donc toute ma vie. Je me souviens avoir pensé à bon nombre de souvenirs, dont certains que je n'avais divulgués à personne. Si j'avais su, j'aurais tu mon esprit. Tous en enchainant de nouvelles figures plus complexes les uns que les autres, je lui répondais travaillant par la même occasion mon souffle.

"-Il est vrai qu'il m'a surpris. Il n'était pas du tout comme l'autre vampire que j'avais rencontré. Et je ne l'ai pas surpris une seule fois à flancher, et à tenter quoi que ce soit. Même si je ne savais qui il était, je surveillais le moindre de ces gestes... Par contre, tu n'aurais pas par pur hasard un moyen pour éviter qu'il puisse lire dans nos pensées? À part penser dans une langue inconnue à mon interlocuteur, je n'ai rien trouvé pour le moment."
Revenir en haut Aller en bas
Anna-Lou Lyloubella

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 24/03/2012
Age : 27
Localisation : Derrière mon PC

Feuille de personnage
Arme(s): une I.S: Symphonia Rock et deux dagues
Pouvoir(s): Aucun
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Dim 21 Oct - 12:00











Tout en m’écoutant, elle continuait à s’amuser dans les airs avec les anneaux. C’était marrant de la voir évoluer ainsi. Pour ma part, ce genre d’exercice avait fini par remplacer les jeux que je faisais avec ma famille à mon entrée dans l’armée. Il en était peut-être également de même pour elle. C’était même très probable, car lorsque l’on est enfant et qu’on doit évoluer dans un milieu comme celui où nous avons grandi, il fallait bien apprendre à trouver un moyen de se divertir. Contrairement à moi, les adultes voyaient ces exercices comme une obligation. Pour moi, c’était le seul moment où je pouvais me défouler. J’adorais travailler dans les labo, mais après des heures sans bouger, rien de tel qu’un peu de sport.

Quand elle m’avait informé de sa rencontre avec Gabriel, j’en restais un moment incapable de prononcer un mot. Elle dut certainement s’en rendre compte grâce à Ayame. Depuis que l’on s’était rencontré, j’avais fait un tour dans les dossiers militaires et m’étais renseigner sur son IS et elle. J’avais déjà une bonne connaissance d’Ayame, mais il me semblait qu’elle avait progressé depuis sa conception. Quoi qu’il en soit, je m’étais reprise plus ou moins et lui avait répondu, en m’arrêtant en cours de phrase pour ne pas laisser échapper une information qui ne me regardait pas, mais que j’étais en train de déduire. J’avais rapidement enchainé pour qu’elle ne puisse pas me poser une question sur ce que j’avais tue et lui avait demandé de m’emmener le voir ou de me dire où il se trouvait.

Je savais parfaitement qu’elle était en train de m’observer. Pas besoin d’être médium quand on vit depuis aussi longtemps que nous une vie régit par l’armée. Je n’aimais pas cela, mais en même temps, je le faisais également. Je pense que l’on peut parler de déformation professionnelle dans ce cas, même si pour ma part il s’agissait plus d’une déformation du à ma méfiance. Bon… ça venait également du fait que j’étais à l’armée et de ce que j’avais vécu donc on met sa sur le compte du boulot. Elle me répondit et j’eu l’embarra qu’elle accepte la première proposition. J’aurais dû faire un peu plus attention et ne lui demander que de me demander où il se trouvait. Il n’y aurait donc pas de conversation en privé pour cette fois-ci. J’allais m’en arranger, mais pour le moment fit attention de ne pas laisser paraitre que j’aurais préféré qu’elle décide d’éviter les vampires. Je pouvais toujours voir pour parler avec lui comme je le faisais avec Stinson en présence de Roxy. Oui, j’allais bien finir par réussir à trouver un moyen d’avoir les informations que je désirais.


- Si mes souvenirs sont exacts, je crois que l'on parle de la même personne. En tout cas, je serais ravie de t'accompagner lui rendre visite si tu le souhaites.

- Très bien, dans ce cas, j’espère que tu n’as rien de prévue ce week-end. Nous partirons demain matin à l’aube pour la forêt. Rendez-vous à la sortie de la ville au poste de garde. Je suppose que tu as déjà le nécessaire. Symphonia, fait une commande au magasin de sport où nous sommes allés le deuxième jour. J’irais la chercher ce soir.


En l’entendant parler, je la trouvais un peu trop heureuse de retourner dans un nid de vampire. Soit elle appréciait particulièrement Gabriel, soit le fait de pouvoir sortir de cette ville lui plaisait. Je ne voyais pas ce que cela pouvait être sinon et pour moi, c’était un peu le cas. J’allais tout de même ne pas vraiment pouvoir en profiter puisse que j’y allais pour savoir ce que Gabriel faisait là. Qui plus être, s’il y avait un vampire dans ces forêts qui pouvait bien savoir combien d’autres y étaient.

Je lui proposais en suite de venir ici quand elle le désirait. Après lui avoir rapidement expliqué le fonctionnement de la salle de sport et de la surveillance, j’eu droit à un beau sourire de sa part. Elle semblait ravie de ma proposition. Il faut dire qu’il est rare de trouver un endroit où un espion peut être lui-même sans avoir peur de se faire démasquer. J’avais pour ma part la chance d’avoir en plus de cet endroit un appartement me laissant une bonne marge de laisser aller avec tout ce que j’y avais fourré comme système de surveillance, insonorisation et protection. En plus, j’avais un vampire pour chien de garde si on pouvait dire. Personne n’insistait grâce à lui quand je disais non.

Il fallait tout de même que je fasse attention à un petit détaille. Que les magiciens et vampires du coin soit au courant qu’il vivait chez moi ou y venait souvent pouvait aller, mais je devais faire attention avec les espions. Une des raisons pour lesquelles j’avais fait ce labo. Grâce à lui, je pouvais les rencontrer sans qu’ils n’aient à mettre un jour un pied chez moi. Je trouvais d’ailleurs que mon petit chez moi commençait à être un peu trop remplit… Au moins, avec le travail qu’aurait Roxane ici, j’allais pouvoir la pousser vers la sortie. Il faudrait tout de même que je fasse jouer mes relations pour vite lui trouver un appartement quand je serais sûr qu’elle puisse se débrouiller toute seule.

Je l’observais faire une belle démonstration d’acrobatie tout en étant plongé dans mes pensées sur ce que j’allais faire avec Roxane. Elle était douée et je sourie en constatant à quel point tout en l’observant s’étirer à son tour.


- Merci pour ta proposition. Je te dois une fière chandelle avec tous les services que tu m'as rendus!

- Je ne fais rien de spécial. Tu me rends également service et si tu venais à te faire avoir, je ne suis pas aussi sûr de pouvoir travailler comme nous le faisons avec les autres. Le jour où tu les rencontreras, tu comprendras surement où je veux en venir. Le seul en qui j’ai un peu plus d’espoir de réellement travailler correctement, c’est avec notre chef et encore, je ne l’ai toujours pas rencontré.


Elle me sourit et repartie sur un parcours. Je suivais ces mouvements dont la technique était parfaite. Il lui manquait juste un peu plus de pratique pour certains, mais elle s’en sortait mieux que moi pour d’autre. Mes étirement achevé, j’attrapais la barre de descente du taggle rope (tyrolienne très incliné) et me laissais descendre à toute allure jusqu’en bas. Arriver à la fin, je lâchais la barre et fis quelques pirouettes pour ralentir ma chute et me retrouver aux anneaux. Je m’y amusais à l’imiter et lui posa une question sur Gabriel. J’avais envie de savoir ce qu’elle pensait de lui. Il était l’un des plus surprenants vampires que j’avais rencontré et si je n’avais pas fait la connaissance de son père, je continuerais certainement à penser qu’il était le plus impressionnant et puissant que ‘avais rencontré. Le truc était que son père était bien plus impressionnant. Il fallait cependant parvenir à passer à travers cette couche de secret et j’étais probablement l’une des rares personnes à y être parvenu, du moins en partie. Tout ce que j’y avais découvert m’avait pas mal remué et mon contrôle sur mes émotions avait à de nombreuse fois vacillé. Chose qui me déstabilisait énormément, rendant certaines fois les choses un peu compliqué entre nous.


- Qu’à tu pensées de lui ? Pour ma part, j’ai été plutôt étonné par lui la première fois que je l’ai rencontré. En même temps, s’était la première fois que je rencontrais un vampire capable de se contrôler à ce point.

- Il est vrai qu'il m'a surpris. Il n'était pas du tout comme l'autre vampire que j'avais rencontré. Et je ne l'ai pas surpris une seule fois à flancher, et à tenter quoi que ce soit. Même si je ne savais qui il était, je surveillais le moindre de ces gestes... Par contre, tu n'aurais pas par pur hasard un moyen pour éviter qu'il puisse lire dans nos pensées? À part penser dans une langue inconnue à mon interlocuteur, je n'ai rien trouvé pour le moment.


Elle avait pensé à cette option ? Pas de doute, j’adorais cette fille. S’était bien la première qui faisait de l’armée que j’apprécier autant alors qu’elle ne faisait pas partie de l’équipe scientifique. On pouvait compter sur les doigts d’une seule main et encore on avait de la marge, ceux que j’appréciais parmi toutes les armées que j’avais fréquentées. J’avais sourie en l’entendant le comparer à Stinson. Il faudrait qu’un jour je lui demande comment s’était déroulé sa rencontre avec Anasora. Elle se demandait s’il y avait un moyen d’empêcher les vampires de déchiffrer nos pensées. Elle allait probablement être déçut en apprenant ce que j’allais lui dire. Peu de personne y arrivait et généralement mal.


- Certains vampires sont difficiles à approcher réellement. Les vieux savent très bien comment obtenir et cacher ce qu’ils veulent. Pour le moment je n’en ai rencontré que des anciens dans le coin. Je ne sais pas si cela signifie quelque chose, mais bon. En tout cas, l’idée de penser dans une autre langue est plutôt bien vue, mais cela reste limité. Déjà, les vieux vampires ont eu tout le temps de parcourir le monde et d’apprendre d’autres langues. Je ne sais pas si Gabriel a eue l’occasion de te le montrer, mais il en connait quelques une. Cependant, ce n’est rien à coter de certains dont moi-même.


Après m’avoir entendu parler par pensée en japonais, il m’avait demandé de lui apprendre deux trois choses sur cette langue. Certainement dans l’intention de pouvoir continuer à suivre mes pensée ainsi, mais après la troisième langue qu’il ne connaissait pas, j’avais eu droit à une réflexion sur le nombre de langue que je maîtrisais. Résultat, il ne s’était concentré par la suite que sur celles que je lui apprenais déjà en oubliant les autres. Sur le coup, il était même partie sans commentaire, ce qui équivaut à un ‘’je laisse tombé’’ ou quelque chose du genre chez lui.


- Je ne sais pas quelles langues on t’a fait apprendre, mais il n’en maitrise pas plus de 3 et en parle un peu 3-4 autres. Pour ma part j’ai le choix du coup. Le truc, c’est que leur capacité à lire les pensées est un peu plus complexe que de juste comprendre ce que tu dis dans ta tête. Ton esprit se représente également des images quand tu penses donc s’il voit que tu penses à lui, la position où il se trouve ou autre alors que tu le chasse, je te parle de mon expérience dans la section ‘’Night’’ dont je ne pense pas devoir te préciser de n’en parler à personne. Bref, avec juste des images, il pourra deviner certaines pensées ou intentions. Ensuite, plus tu es proche, plus cela lui est discernable comme un microscope permettant de voir de plus en plus de détaille. Arrivé à hauteur de coup fatale, il saurait tout de suite tes intentions et régira immédiatement. Pour les avoir, il faut faire preuve de beaucoup de ruse, mais comme tu n’as pas besoin de savoir comment tuer un vampire, je te conseille juste de faire attention à tes pensées. Après si c’est trop dur, tu peux toujours les éviter de penser ou penser à autre chose, mais c’est très compliqué. Je n’arrive personnellement à ne penser à rien que lorsque je suis en traque et je fais des exercices tous les jours pour cela. Par contre arrivée à ce niveau, on maîtrise généralement le reste très bien. Où on sait faire tourner en bourrique les vampires qui suivent nos pensées, dis-je en souriant en souvenir à certaines fois où j’avais agis de la sorte.


Redescendu sur le plancher des vaches, je demandais à Symphonia d’afficher mes résultats sur ce que je faisais avant son arrivée. Je travaillais avec un dossier anonyme concernant Hast, mais en présence d’Anasora, je ne demandais que les informations concernant la machine que j’étais en train de mettre au point. Il ne serait pas très compliqué pour elle après l’avoir rencontré dans le cas contraire de faire le lien. Hors, je travailler sur de nombreuses choses dont l’armée ne devait pas avoir vent. Je savais que je jouais avec le feu, mais la seule raison de ma présence à l’armée était pour me permettre de faire ce que je désirais depuis ce jour où tout m’avais été pris. Peut-être qu’un jour je pourrais faire suffisamment confiance à Anasora pour lui parler de tout ce que je faisais, mais pour le moment le seul à qui je pouvais parler était mon dangereux colocataire.

Tout en travaillant sur l’écran, je continuais de lui parler et surveiller ce qu’elle faisait pour lui donner des conseils sur la façon de s’y prendre avec un élément. Cette fichu machine était quasiment achevé, mais il allait encore falloir des heures de travail. La seule chose que je faisais pour le moment était de concevoir une machine me permettant de récolter des données sur elle. Rien que cela nécessitait des heures de casse-tête sur la façon de mit prendre pour rediriger le surplus d’énergie et le maintien de l’intégrité de mon matériel. Un dernier calcule que Symphonia me donna en un claquement de doigt et il ne me restait plus qu’à la construire.


- Symphonia, demande aux robots de s’occuper du gros œuvre. Je m’occuperais de l’ordinateur et des capteurs avant de partir. Surveille-les bien qu’ils ne me fassent pas le même coup que la dernière fois. Je n’ai pas de temps à perdre à dessouder toutes leur bêtise pour pouvoir installer ce qu’il manque. An, j’espère que ce que je t’ais dit te sera utile. J’ai un peu de mal et pas vraiment le temps de travailler sur un système permettant de les en empêcher. Quand j’en avais la possibilité, je n’en avais pas besoin du coup il n’existe pas. Ah, le fait qu’ils ne puissent pas savoir ce qu’on dans leur processeur les machines te sera peut-être utile à savoir. Par contre, si tu es mis au courant, ils le sauront également.











Revenir en haut Aller en bas
http://mysteres-du-monde.lebonforum.com/
Anasora Kamikaze

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 04/07/2012
Age : 18
Localisation : Regarde bien ...

Feuille de personnage
Arme(s): Un IS et deux lames tranchantes que je porte toujours sur moi
Pouvoir(s): Nop
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Sam 27 Oct - 17:30

J'avais vraiment été surprise de ma rencontre avec Gabriel. Il était l’opposé de ce soi-disant « Vladimir ». J'étais certaine que ce dernier m'avait menti sur son nom... Et puis, il n'y avait pas de quoi se vanter de se prénommer Vladimir. Je trouvais ce nom carrément horrible. J’espérais donc pour lui qu'il m'avait menti. Gabriel m'avait menti au tout début sur son nom, lui aussi. Alors cet autre vampire devait avoir fait de même. Comme moi. Je mentais à tout le monde. Angèle n'était pas un nom qui me plaisait énormément, mais j'étais obligé de faire avec. J'aurais largement préféré que ma couverture soit tout autre. Tenshi par exemple... « Ange » en japonais. C'était ainsi que ma mère m’appelait quelquefois. Dans tous les cas, je serais ravie de revoir Gabriel. Même si j'aurais du vouloir éviter de le recroiser, à présent que je connaissais sa véritable nature. Je n'aurais jamais cru qu'il s'agisse d'un vampire. Cela semblait tellement... inimaginable. Il était plus simple d'avaler que les magiciens existaient. Au moins, on pouvait les vaincre, eux. Alors que les vampires, vus de l'angle d'Anna-Lou, ils avaient l'air impossibles à vaincre. Je me voyais mal brandir une croix ou porter un collier d'oignon... Cela m'étonnerait qu'il s'agisse de nos véritables légendes. Le fameux vampire rencontré la toute première fois était insensible au soleil. Et nos légendes ne disaient telles pas que les vampires étaient « censés » se consumer au soleil? Les humains devraient revoir leurs informations. Elles semblaient périmées.

- Très bien, dans ce cas, j’espère que tu n’as rien de prévue ce week-end. Nous partirons demain matin à l’aube pour la forêt. Rendez-vous à la sortie de la ville au poste de garde. Je suppose que tu as déjà le nécessaire. Symphonia, fait une commande au magasin de sport où nous sommes allés le deuxième jour. J’irais la chercher ce soir.

Je hochai la tête. Je ne prévoyais jamais rien. Du moins, pas sur la maho. Sur la terre, mon emploi du temps était chargé du matin au soir. Je n'avais pas un seul temps pour me détendre. Et c'était bien mieux ainsi. Je n'avais plus temps de penser à ma mère, et aux options d'avenirs qui me faisaient face. Ou bien je n'avais pas le temps de rêver d'une autre vie. J'étais trop occupé dans celle que j'occupais. Ici, on avait le temps de s'ennuyer au moins une centaine de fois dans la journée. Il y avait si peu à faire. Ou alors étais-ce moi qui ne cherchais pas les activités ? J'étais tellement habitué à voir mon père arrivé avec mon emploi du temps de plusieurs pages que l'idée de n'avoir rien à faire, m'était impossible. J'enchainais des figures acrobatiques utilisant mon corps avec grâce et légèreté. Ici, j'étais dans mon élément. Je me sentais chez moi. J'avais toujours la forme, même après un moins de manque d'entrainement. Mais, Anna-Lou était vraiment une humaine des plus sympathiques. Elle me proposait de venir m'entrainer ici à ma guise. Ne pouvais je rêvais mieux ? Impossible. Je la remerciais de tous les services qu'elles m'avaient rendu qui était pour le moins assez nombreux.

- Je ne fais rien de spécial. Tu me rends également service et si tu venais à te faire avoir, je ne suis pas aussi sûr de pouvoir travailler comme nous le faisons avec les autres. Le jour où tu les rencontreras, tu comprendras surement où je veux en venir. Le seul en qui j’ai un peu plus d’espoir de réellement travailler correctement, c’est avec notre chef et encore, je ne l’ai toujours pas rencontré.


Si on croyait ses paroles, elle trouvait donc qu'elle ne pouvait travailler avec aucun des autres espions hormis notre chef ? Je n'en avais rencontré aucun, à part Anna-Lou. Elle était donc la seule sur qui l'on pouvait compter ? Si c'était le cas, les humains avaient mal choisi leurs espions. Déjà qu'on m'avait choisi moi, sur ce qui semblait un coup de tête. En ce qui concernait l'espionnage, j'avais encore pas mal de progrès à faire. Alors, si d'autres l'étaient encore moins que moi, ils n'étaient simplement pas faits pour l'espionnage. Je repartis sur mon parcours enchainant de nouveau des tas de figures. J'étais meilleure dans certains parcours, et dans d'autres un peu moins. Mais, il suffisait se travaillait cela. Cet entrainement me servait énormément sur un champ de bataille. Et même dans la vraie vie. Anna-lou me demanda ce que j'avais pensé de Gabriel. Je lui répondis sincèrement. Je lui demandais également s'il y avait une solution pour que les vampires ne puissent pas lire dans mon esprit. C'était horrible de se sentir obligé de retenir ses pensées sans y parvenir. J'étais obligé de penser. La seule option qui me semblait envisageable était de penser dans une langue inconnue à notre interlocuteur. J'ajoutais également cette idée après ma question. On ne savait jamais, elle avait l'air de bien connaître les vampires. Elle y avait déjà pensé au moins une fois, non ?

- Certains vampires sont difficiles à approcher réellement. Les vieux savent très bien comment obtenir et cacher ce qu’ils veulent. Pour le moment je n’en ai rencontré que des anciens dans le coin. Je ne sais pas si cela signifie quelque chose, mais bon. En tout cas, l’idée de penser dans une autre langue est plutôt bien vue, mais cela reste limité. Déjà, les vieux vampires ont eu tout le temps de parcourir le monde et d’apprendre d’autres langues. Je ne sais pas si Gabriel a eue l’occasion de te le montrer, mais il en connait quelques une. Cependant, ce n’est rien à coter de certains dont moi-même.


Il est vrai, que nous autres espions, avions appris dans notre enfance une quantité de langue avec une facilité déconcertante. Nous étions faits pour cela. J'en connaissais énormément, mais je ne me considérais tous de même pas comme Jésus-Christ qui en connaissait une infinité. Encore fallait-il qu'il existe. Mais, avec tous ce que j'avais découvert en ce monde, cela ne m'étonnerait pas que cet homme est existait. Peut-être s'agissait-il d'un magicien tout simplement ? Aucune idée. Anna-Lou devait en connaître autant que moi, voire même plus. Pour ce qui est des vampires, connaître les langues employées par notre interlocuteur était déjà un bon début. Ou pas ? Je ne m'étais jamais penché sur la question « comment pensons-nous ? ». Avec de simples phrases ou bien avec des images ? Aucune idée également. Peut-être bien avec les deux. Heureusement, Anna-Lou ne perdit pas de temps et enchaina directement :

- Je ne sais pas quelles langues on t’a fait apprendre, mais il n’en maitrise pas plus de 3 et en parle un peu 3-4 autres. Pour ma part j’ai le choix du coup. Le truc, c’est que leur capacité à lire les pensées est un peu plus complexe que de juste comprendre ce que tu dis dans ta tête. Ton esprit se représente également des images quand tu penses donc s’il voit que tu penses à lui, la position où il se trouve ou autre alors que tu le chasse, je te parle de mon expérience dans la section ‘’Night’’ dont je ne pense pas devoir te préciser de n’en parler à personne. Bref, avec juste des images, il pourra deviner certaines pensées ou intentions. Ensuite, plus tu es proche, plus cela lui est discernable comme un microscope permettant de voir de plus en plus de détaille. Arrivé à hauteur de coup fatale, il saurait tout de suite tes intentions et régira immédiatement. Pour les avoir, il faut faire preuve de beaucoup de ruse, mais comme tu n’as pas besoin de savoir comment tuer un vampire, je te conseille juste de faire attention à tes pensées. Après si c’est trop dur, tu peux toujours les éviter de penser ou penser à autre chose, mais c’est très compliqué. Je n’arrive personnellement à ne penser à rien que lorsque je suis en traque et je fais des exercices tous les jours pour cela. Par contre arrivée à ce niveau, on maîtrise généralement le reste très bien. Où on sait faire tourner en bourrique les vampires qui suivent nos pensées, dis-je en souriant en souvenir à certaines fois où j’avais agis de la sorte.

Ainsi, donc maitriser toutes ces langues n'était pas très utile. Mais, avec ce qu'elle venait de me dire, j'avais des chances de progresser. Et je comptais bien m'entrainer. Cela comblerait mes ennuis. J'allais revoir mon dictionnaire de langue, puis pourquoi pas me pencher sur la question « comment fonctionnent nos pensées », avec plus de détails. Voilà, j'avais un projet de prévu. Et je comptais m'investir un maximum. Je supportais peu que quelqu'un parvienne à lire si facilement mes pensées. Corser les choses était déjà une bonne chose.

« -Merci des infos. Je crois que je vais passer du temps sur ce sujet... je n'aime pas particulièrement savoir qu'on peut lire mes pensées. »

Anna-Lou arrêta de s'entrainer pour se remettre dans le travail qu'elle devait certainement faire avant mon arrivée. Je ne comprenais pas grand-chose à ce qu'elle essayait de faire, mais il était difficile de tourner autour des anneaux et de comprendre son travail en même temps. Et puis, je n'aimais pas regarder ce qui ne me regardait pas. Elle devait avoir caché pas mal de chose, et je la comprenais. J'avais horreur qu'on fouille dans mes affaires. Alors, j'exécutais le proverbe qui disait « ne fait pas aux autres, ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse ». Certains avaient tendance à ne pas respecter ce proverbe, mais ce n'était pas mon cas. Anna-Lou se mit à parler tous en travaillant, aussi bien qu'à son IS qu'à moi.

- Symphonia, demande aux robots de s’occuper du gros œuvre. Je m’occuperais de l’ordinateur et des capteurs avant de partir. Surveille-les bien qu’ils ne me fassent pas le même coup que la dernière fois. Je n’ai pas de temps à perdre à dessouder toutes leur bêtise pour pouvoir installer ce qu’il manque. An, j’espère que ce que je t’ais dit te sera utile. J’ai un peu de mal et pas vraiment le temps de travailler sur un système permettant de les en empêcher. Quand j’en avais la possibilité, je n’en avais pas besoin du coup il n’existe pas. Ah, le fait qu’ils ne puissent pas savoir ce qu’on dans leur processeur les machines te sera peut-être utile à savoir. Par contre, si tu es mis au courant, ils le sauront également.


Je n'étais pas scientifique, alors je me voyais mal travailler sur un tel système. Mais, je pourrais toujours essayer. J'apprenais rapidement. Il était intéressant de savoir que ce qu'il y avait dans nos machines n'étaient pas à leurs portés. Cela pourrait jouer un élément important. Mais, tout cela restait à voir. J'avais donc pas mal de boulot, maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
Anna-Lou Lyloubella

avatar

Messages : 1021
Date d'inscription : 24/03/2012
Age : 27
Localisation : Derrière mon PC

Feuille de personnage
Arme(s): une I.S: Symphonia Rock et deux dagues
Pouvoir(s): Aucun
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Dim 28 Oct - 10:13











Après lui avoir proposé d’y aller ce week-end, elle m’avait donnée son consentement. Décidément elle était toujours partante pour ce que je lui proposais. Ce qui voulait dire qu’elle n’avait rien à faire ici, ce qui prouverais bien qu’elle débute et n’a jamais eu a prendre ce genre d’initiative. Pour ma part, j’avais eu la chance de me retrouver plusieurs fois à la tête de différentes équipes aussi bien scientifiques que militaires. J’avais donc eu l’occasion d’apprendre à diriger tout un petit monde et à prendre des initiatives pour atteindre mes objectifs. Il se pouvait également qu’elle puisse tout simplement facilement se libérer et dans ce cas, elle avait un avantage sur moi qui devait planifier pas mal de chose pour pouvoir me rendre à un endroit différent de mes habitudes. Heureusement pour moi, j’avais déjà prévue de ne pas passer le week-end avec Cassandre en lui disant que j’allais travailler sur un projet immobilier.

Je lui proposais d’utiliser les locaux pour s’entrainer et elle m’en remercia. Il était vrai que j’aurai pu garder les locaux pour moi uniquement, mais il n’y en avait pas vraiment d’intérêt. De toute manière, les informations auxquelles je ne voulais pas qu’elle touche étaient bien gardées et Symphonia connaissait parfaitement mon état d’esprit ainsi que ce qu’elle devrait faire si elle parvenait à les obtenir. Après lui avoir donné mon avis sur nos collègues, elle reprit son parcours acrobatique. Je continuais à lui poser des questions telles que ce qu’elle pensait de Gabriel et elle la réponse qu’elle me donna ne m’étonna pas. Il n’y avait pas deux vampires comme lui à ma connaissance. Nous discutâmes en suite de la manière d’éviter qu’un vampire puisse lire dans nos esprits et je ne lui cachais pas d’information sur cela.

Elle me remercia à la fin pour ce que je lui avais appris, ce qui me semblait naturel. A quoi m’aurait servi un espion de son efficacité mort ou incapable de garder des informations. Après tout, même si je faisais confiance à Stinson comme je ne l’avais encore jamais fait avec un autre depuis mon entrée dans l’armée, il n’en restait pas moins un potentiel danger, mais plus que les vampires, je me méfiais des magiciens. Il devait bien y en avoir capable de lire nos pensées et eux contrairement aux vampires n’étaient pas des dangers potentiels, mais bel et bien réel. Je devais donc m’assurer de pouvoir garder certaines informations d’espions entre espions. Côtoyer des vampires allait nous permettre de ne pas faire de boulettes avec les magiciens. Tient, voilà une idée intéressante… Elle semblait vouloir revoir Gabriel, mais elle ne devait pas se douter que j’avais prévue à l’instant plus qu’une simple visite pour elle. J’allais dès demain commencer à l’entrainer à vivre avec des télépathes.

Je sourie en réfléchissant à la manière de m’y prendre tout en l’observant évoluer sur le parcours après avoir éteint l’hologramme sur lequel j’avais terminé de travailler. Je confiais quelques tâches supplémentaires à Symphonia et complémentais les informations sur la télépathie des vampires à Anasora. Après avoir passé une bonne partie de l’après-midi à m’entrainer aussi bien avec arme, sans ou avec Symphonia, je dis à Anasora de faire ce qu’elle voulait. J’allais terminer la machine que j’étais en train de confectionner pour Hast et allais donc la laisser seule. Je lui avais indiqué où se trouvait durant la visite tout le matériel, elle saurait donc très bien se débrouiller. Elle pouvait continuer son entrainement, travailler sur l’aménagement de la boutique ou toutes autres choses les locaux étant plutôt bien fournit.

Quand j’eue terminé d’assembler les dernières pièces de la machine, je ressortis du laboratoire en passant par le sas de décontamination et allais prendre une bonne douche. En ressortant, je croisais Anasora et lui indiquais que je partais pour aller chercher ma commende avant de rentrer chez moi. Je lui proposais de faire une partie du chemin ensemble allant dans la même direction si elle souhaitait partir aussi et lui rappelait que dans le cas contraire, il fallait qu’elle ferme la boutique et l’emplacement des clefs, une porte aussi banale n’étant pas sensé pouvoir se verrouiller toute seule comme une grande. Je sortie en suite pour faire exactement ce que je lui avais dit puis rentrais chez moi. A mon arrivée au magasin, tout avait été parfaitement préparé et je n’avais donc plus qu’à payer avant de repartir, ce que je fis sans me faire prier voulant rapidement rentrer pour préparer notre excursion du lendemain.





[Prochain rendez-vous à la sortie de la ville ^^]





Revenir en haut Aller en bas
http://mysteres-du-monde.lebonforum.com/
Anasora Kamikaze

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 04/07/2012
Age : 18
Localisation : Regarde bien ...

Feuille de personnage
Arme(s): Un IS et deux lames tranchantes que je porte toujours sur moi
Pouvoir(s): Nop
Camp: Humains

MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   Dim 28 Oct - 16:50

Anna-Lou me laissa le choix de faire ce qui me plaisait pendant qu'elle travaillait sur son projet. Je n'y réfléchis pas à deux fois et continuai mon entrainement, mais seule. Je me débrouillais comme une chef, si bien qu'on aurait pu me confondre avec un vampire, par exemple. Un sourire m'échappa à cette pensée. Sincèrement, en mettant les pieds dans sa boutique un peu plus tôt, je n'aurais jamais cru ressortir avec l'image d'un monstre inhumain assoiffé de sang. Je pensais plus à un magicien détenant plusieurs pouvoirs hors du commun, qu'à ce genre de créature. Et dire qu'à mon souvenir, ma mère me comptait ce genre de mythe pour bercer mes rêves d'enfant. Depuis toute petite, j'étais plus dans le genre sanglant que Princesse. Je n'avais jamais supporté les histoires de ces dernières, les trouvant surréaliste. Une telle vie n'avait jamais existé pour moi. Pour les princesses des comptes, la vie leur souriait toujours, même si au milieu un petit chamboulement venait perturber leur vie bien rose. La fin était toujours un happy end assuré. Ennuyeux donc. En cet instant, je me sentais bien en pensant à ma mère. Même si je sentais au fond de moi le besoin de la revoir toute souriante, en chair et en os. À présent, seules ses cendres demeuraient. D'ailleurs, où pouvait-elle bien être ? Mon père me les avait confié, et en mémoire des bons souvenirs je les avais relâchées près de la rivière Kohaku. Nous passions tant de temps ensemble là-bas, par le passé. Où pouvait-elle bien être à présent ? En Afrique, ou bien ailleurs ? Peut-être avait-t-elles atteint le maho, et se trouvaient toutes près de moi ? Ou s'étaient-elles décomposées ? Je passais le reste de l'après-midi à me demander où elle se trouvait pour penser à quelque chose autre que les vampires ou les jours avenirs tous en m'entrainant.

Après plusieurs heures, Anna-Lou revint. J'étais essoufflé, et avais hâte de fondre dans ma douche. Elle m'indiqua qu'elle allait chercher une commande pour le lendemain, et me proposa de passer une partie du chemin ensemble. J'acceptais et nous discutâmes de tous et de rien. Nous nous séparâmes un peu plus tard. Il me suffit de traverser la grande place, et j'étais chez moi. Je grimpais les escaliers de mon immeuble et fus surprise de trouver Anastasia. Elle me demanda ce que je comptais faire, et j'inventais une excuse de bois pour décliner son invitation. Elle repartit les mains vides, mais après avoir passé une bonne heure à parler avec moi. La journée de demain s'annonçait rude. Je préparais mes affaires après avoir pris une bonne douche méritée. Je comptais me coucher tôt, étant donné que d'un, j'étais exténué, et que des deux, demain ne serait pas une journée anodine avec la routine habituelle....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Anasora] Petit rendez-vous entre espions.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Anasora] Petit rendez-vous entre espions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maho... the return of war. :: Banlieue :: Bâtiments désaffectés :: Laboratoire d'Anna-Lou-